Un ministre belge demande l'arrêt des livraisons d'armes à l'Arabie saoudite

Un ministre belge demande l'arrêt des livraisons d'armes à l'Arabie saoudite Source: Reuters
La ville yéménite de Taïzz après des bombardements de la coalition arabe

Alexander De Croo a estimé que des vies humaines au Yémen étaient directement menacées par la politique d'exportation d'armes de la Belgique à destination de l'Arabie saoudite. Il a assuré avoir reçu le soutien du Premier ministre belge.

Le ministre belge de la Coopération au développement, Alexander De Croo, a appelé à l'arrêt des livraisons d'armes par la Belgique à l'Arabie saoudite, le 26 mars, soulignant notamment la responsabilité de la Wallonie.

Estimant que Riyad livrait une «horrible guerre» au Yémen, où les Saoudiens dirigent une coalition impliquée dans de nombreux bombardements, ciblant parfois des civils, le ministre belge a estimé qu'on «ne [pouvait] pas essayer de sauver des vies humaines et, dans le même temps, livrer des armes». Il a par ailleurs affirmé avoir le soutien, sur la question de l'arrêt des exportations, du Premier ministre Charles Michel.

Invité sur le plateau de l'émission flamande De Zevende Dag sur la chaîne VRT, Alexander De Croo a souligné que «des armes que [la Belgique] exporte» menaçaient des vies humaines, rappelant que 60% de ces exportations à destination de l'Arabie saoudite provenaient de Wallonie. «Une solution pourrait être d'instaurer un embargo sur les armes pour raisons humanitaires», a-t-il suggéré.

Engagé au Yémen depuis 2015 pour mater la rébellion houthie notamment soutenue par l'Iran, l'opération militaire conduite par l'Arabie saoudite est de plus en plus contestée à travers le monde. A la fin du mois de janvier 2017, un rapport de l’ONU enquêtant sur dix frappes aériennes distinctes concluait que la plupart étaient le résultat d'un «processus de ciblage inefficace» et d'attaques délibérées sur des cibles pacifiques. Le 23 mars, l'ONG Amnesty International avait déjà accusé Washington et Londres d'alimenter la crise humanitaire au Yémen par leurs livraisons d'armes à Riyad

Lire aussi : «Une politique scandaleuse : les Anglais continuent à vendre des armes aux Saoudiens»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales