Le conducteur qui a foncé sur la foule à Anvers serait en «cellule de dégrisement»

Le conducteur qui a foncé sur la foule à Anvers serait en «cellule de dégrisement»© Stringer Source: Reuters
Le chauffard d'Anvers : terroriste, délinquant ou les deux ?

Tandis que l'enquête sur le conducteur fou interpellé en Belgique a été confiée au parquet fédéral, compétent en matière de terrorisme, on apprend que l'individu était sous l'influence de l'alcool et en possession de stupéfiants.

La chaîne télévisée publique belge RTBF rapporte que Mohamed K., l'homme de 39 ans interpellé à Anvers le 23 mars, «ne peut pas être interrogé par la police à ce stade» en raison de son «état».

Sous influence de l'alcool au moment de son arrestation, le conducteur serait lié à des trafics de drogue, poursuit le média belge.

«Il n’est pas en état d’être entendu, il a vraisemblablement consommé de l’alcool ou de la drogue», a par ailleurs confié une source du parquet fédéral belge au site d'actualité français 20 Minutes, qui assure que Mohamed K. a été placé en cellule de dégrisement.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme serait connu de la justice pour «délits mineurs» mais pas pour faits de terrorisme. Il est présenté comme étant de nationalité française par les médias belges, mais, selon le journal Le Parisien, il s'agirait plutôt d'un Tunisien possédant une carte de séjour en France.

Selon BFMTV, la police n'exclut pas que l'homme roulait à grande vitesse pour échapper à un contrôle.

En fin de matinée, le 23 mars, l'individu, au volant d'un véhicule, avait foncé dans la foule sur une artère commerçante d'Anvers, sans faire de blessés. Il a été interpellé par la police, qui aurait, aussi, retrouvé des armes dans son coffre.

Le parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, a annoncé qu'«au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qu'il s’est passé hier à Londres», il se saisissait de l'affaire.

Lire aussi : Attaque à la voiture déjouée à Anvers : le suspect arrêté avec des armes dans son coffre

Twitter partagé entre dénonciation de l'islamisme et ironie sur l'alcool

Après l'incident, le candidat de Debout La France à l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, a dénoncé «la barbarie islamiste», sur Twitter.

Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine, a lui aussi mis en cause le «terrorisme», tout comme le maire de Béziers Robert Ménard.

A l'inverse, de nombreux internautes lambda ont ironisé sur la consommation d'alcool du chauffeur, selon eux incompatible avec le profil d'un terroriste.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.