Pour les Britanniques, perdre son smartphone est aussi stressant que la menace terroriste

Pour les Britanniques, perdre son smartphone est aussi stressant que la menace terroriste© Josep Lago Source: AFP

Un sondage a révélé les principales sources d'anxiété au Royaume-Uni. Inquiets à l'idée de perdre leur conjoint, stressés par la menace terroriste, les Britanniques craignent également la perspective d'être dépossédés de leur téléphone.

La célèbre flegme britannique est-il une notion du passé ? C'est ce que semble révéler une étude sur les interactions entre un organisme vivant et son environnement conduite au Royaume-Uni par la vénérable Physiological Society.

Cette enquête nationale, menée  en partenariat avec l'institut de sondages YouGov auprès de 2 000 Britanniques entre le 22 et le 28 décembre 2016, a relevé que la perte d'un smartphone pourrait être aussi stressante qu'une attaque terroriste.

En fonction des réponses obtenues, les chercheurs ont construit un classement des événements les plus anxiogènes sur une échelle de un à dix (un étant le moins stressant et dix le plus anxiogène).

Selon ce sondage, les trois événements qui provoquent le plus de stress sont le décès d'un conjoint, l'incarcération, l'inondation ou l'incendie de son logis. Ces événements se situent respectivement à 9,43, 9,15 et 8,89 sur l'échelle retenue pour cette étude.

Plus étonnant, cette hiérarchie des événements anxiogènes montre également que les Britanniques sont presque autant stressés par la perspective de perdre leurs smartphones (5,79 sur l'échelle) que par la menace terroriste (5,84).

«Certains stress n'auraient pas pu être imaginés il y a 50 ans», ont annalyé les chercheurs à propos de ces résultats surprenants. Pour eux, ces nouvelles données sont liées à l'omniprésence des réseaux sociaux et à l’hyper-connectivité.

Par ailleurs, l'enquête a également révélé que les femmes subissaient des niveaux de stress plus élevés que les hommes.  

Ce classement survient un mois après la parution d'une étude de l'Université de Londres qui a démontré que le stress chronique pouvait avoir une influence négative sur la santé et conduire à l'hypertension artérielle, à des maladies cardiaques, à des troubles du sommeil ou à l'anxiété. 

Lire aussi : Sondage : des Occidentaux expriment leur peur d'une guerre mondiale et de nouveaux attentats

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»