«On ne fera pas renaître notre civilisation avec les bébés des autres» : la polémique enfle aux USA

«On ne fera pas renaître notre civilisation avec les bébés des autres» : la polémique enfle aux USA Source: Reuters
Steve King a provoqué une polémique à grande échelle avec ses propos anti-immigration

Steve King, représentant de l’Iowa au Congrès américain a déclenché une vive controverse en apportant son soutien au Néerlandais Geert Wilders, candidat d’extrême droite dont le parti est donné parmi les favoris des élections législatives.

Tout est parti d’un tweet. Le sulfureux élu républicain à la Chambre des représentants des Etats-Unis Steve King a déchaîné internet. Le 12 mars, il a tweeté son soutien à l’homme politique néerlandais Geert Wilders, fondateur et président du Parti pour la liberté, soulignant : «Ce dernier comprend que la culture et la démographie sont notre destinée. Nous ne pouvons pas faire renaître notre civilisation avec les bébés de quelqu’un d’autre.»

Geert Wilders s’est montré très actif pour condamner les violences qui ont eu lieu aux Pays-Bas après l’interdiction faite au chef de la diplomatie turque d’atterrir sur le sol batave. Celui-ci avait menacé d’imposer des sanctions au gouvernement néerlandais s’il ne lui permettait pas de participer à un meeting pro-Erdogan à Rotterdam.

Lire aussi : Du trolling aux insultes : l’escalade diplomatique turco-néerlandaise en neuf citations

Vilipendé dans son propre camp

Le retweet de Steve King a déclenché une vague de critiques en provenance d’une large partie du spectre politique. Ainsi l’éditorialiste conservateur Bill Kristol s’est interrogé sur Twitter : «Est-il nécessaire de rappeler l'évidence, que l’histoire des Etats-Unis a précisément été de "faire renaître" notre civilisation avec "les bébés des autres" ?»

L’ancien gouverneur du Vermont Howard Dean a décrit Steve King comme un «ignare total» que «personne ne prend au sérieux» mais qui «en balance de bonnes pour indigner les gens».

Quant au Républicain Carlos Curbelo, qui officie dans le 26e district de Floride, il s’est indigné des propos de son collègue : «Qu’est-ce que tu entends par là exactement ? Est-ce que je dois être qualifié de "bébé de quelqu’un d’autre"?»

Les propos de Steve King ont fait les choux gras d’une partie de la presse américaine, le site web du magazine Esquire allant jusqu’à titrer : «C'est la déclaration la plus raciste d'un membre du Congrès en 50 ans.»

Steve King assume et en remet une couche

Le principal intéressé ne s’est pas démonté. Bien au contraire, il a fait le choix d’assumer ses propos. Dans une interview accordée le 13 mars à CNN il a précisé : «C’est un message clair. Nous devons retrouver des taux de natalité en hausse ou l’Europe sera entièrement transformée d’ici la moitié du siècle ou un peu plus. Et Geert Wilders sait cela et c’est une partie de sa campagne et un volet de son programme.» Avant d’ajouter : «Vivre dans des enclaves, refuser de s’assimiler dans la culture et la civilisation américaines, certains l’approuvent, oui. Mais beaucoup sont de la seconde ou troisième génération vivant dans des enclaves, résistant à l’assimilation.»

Cité par The Hill, Steve King a lancé : «J’aimerais voir une Amérique qui serait si homogène que nous nous ressemblerions tous, de ce point de vue.» L’homme s’est même décrit comme un «champion de la civilisation occidentale» et a ajouté : «C’est un effort de la gauche, je pense, de détruire la civilisation américaine, la culture américaine, et d’en faire quelque chose d’entièrement différent. Je suis un champion de la civilisation occidentale, oui, et l’anglais est une bonne part de celle-ci. C’est un support de la liberté.»

En juillet 2016, le parlementaire américain avait déjà provoqué une levée de boucliers en affirmant que les chrétiens blancs avait plus contribué à l’épanouissement de la civilisation occidentale que n’importe quelle autre «sous-groupe».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales