Troubles au Sahara occidental : un parti marocain appelle Rabat à agir avec force contre l'Algérie

Troubles au Sahara occidental : un parti marocain appelle Rabat à agir avec force contre l'Algérie© FADEL SENNA Source: AFP
Une manifestation de protestation contre l'assassinat de membres des forces de sécurité marocaines dans le Sahara occidental, en janvier 2017

Dénonçant les humiliations subies par des Marocains au Sahara occidental ainsi que «l'ingérence» de l'Algérie dans la région, le président du Parti marocain libéral a appelé les autorités de son pays à instaurer l'état d'urgence.

«Face aux évolutions dangereuses [dans la région de Guerguerat] qui touchent à la souveraineté du royaume [marocain] dans sa vraie frontière, le parti appelle toutes les institutions nationales à accomplir leur devoir national [...] en déclarant l’état d’exception de la constitution marocaine», a lancé Mohamed Ziane, président du Parti marocain libéral, dans un communiqué du 10 mars cité par des médias algériens et marocains tels que tsa-algerie.com ou Tel Quel.

L'ex-ministre réagissait ainsi à la prolifération «de vidéos sur les réseaux sociaux, qui montrent les agressions répétées des milices du [Front] Polisario à l'égard des citoyens marocains» de Guergarat. Il s'agit d'une localité à l’extrême sud-ouest du Sahara occidental, de laquelle les autorités marocaines se sont retirées, à la recommandation de l'ONU, après l'escalade de tensions locales entre Rabat et le Front Polisario (mouvement indépendantiste). 

Le chef de parti a également pointé du doigt les «provocations répétées» et les «attaques contre la souveraineté du Royaume du Maroc» dont se rendrait coupable l'Algérie, en soutenant les séparatistes sahraouis dans la région. «[Le Maroc] se doit de réagir fermement pour mettre fin aux agissements hostiles des adversaires de l’intégrité territoriale», a martelé Mohamed Ziane. 

Le déclenchement de l’état d’exception, auquel l'homme politique fait référence, est prévu par l'article 59 de la Constitution marocaine. Celui-ci autorise le roi à prendre des mesures exceptionnelles et dans un court délai, lorsque des menaces planent sur l'intégrité territoriale du Maroc, ou bien lorsque que le bon fonctionnement des institutions est mis en danger par quelque événement. Pour mettre en oeuvre cet état d'exception, le chef d’Etat doit promulguer un décret, après consultation des principales autorités du pays (chef de gouvernement, présidents des deux chambres du Parlement et président de la Cour constitutionnelle).

Lire aussi : Alger invite Paris à revoir sa position sur le Sahara occidental

Alger et Rabat opposés sur le dossier du Sahara occidental

Le différend opposant Rabat et Alger sur la question du Sahara occidental est ancien : le Maroc considère cette région, qu’il a annexée en 1975, comme partie intégrante du royaume. L'Algérie, de son côté, fait partie des quelques pays reconnaissant la «République arabe sahraouie démocratique», proclamée en 1976 par le Front Polisario.

Lire aussi : La Cour de justice de l'UE estime que le Sahara occidental ne fait pas partie du territoire du Maroc

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.