Pour Netanyahou, la Perse antique voulait détruire Israël, l'Iran dénonce une «Histoire falsifiée»

Pour Netanyahou, la Perse antique voulait détruire Israël, l'Iran dénonce une «Histoire falsifiée»
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, photo ©Baz Ratner / Reuters

Benjamin Netanyahou persiste à voir l'Iran comme l'héritier de la Perse biblique, façon de démontrer que Téhéran voudrait, selon lui, la destruction du peuple juif. Le ministre des Affaires étrangères iranien dénonce une falsification de l'histoire.

Dans le sillage des «fake news», voici la «fake history», que l'on peut traduire par «Histoire falsifiée». Se saisissant du concept de «post-vérité» ambiant, le ministre des Affaires étrangères iranien a ainsi dénoncé la «fausse Histoire» – l'histoire falsifiée –, ainsi que la «bigoterie» du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Ce dernier accuse l'Iran de vouloir, par essence, la destruction du «peuple juif», du fait même de son lien historique avec l'empire perse de l'Antiquité.

Dernier épisode en date, une vidéo du chef du gouvernement hébreu lors de la fête juive du Pourim ce 12 mars, laquelle célèbre, selon la tradition juive, la victoire des juifs contre Haman, un vizir de l'empire perse du Ve siècle avant J.-C. Benjamin Netanyahou entreprend alors de lire un passage du Livre d'Esther aux enfants venus pour l'occasion à la synagogue de Césarée, dans le nord-ouet de l'Etat hébreu.

La Torah, toujours d'actualité ?

Et Benjamin Netanyahou de commenter le texte de la Torah et de l'Ancien testament et d'en livrer son interprétation moderne : «En Perse, ils ont voulu nous tuer mais ça n'a pas marché», constate-t-il, «aujourd'hui aussi les Perses [comprendre les Iraniens] veulent nous détruire, mais aujourd'hui aussi, ça ne marchera pas», dénonce Benjamin Netanyahou, dont la vidéo de son intervention est visible sur son fil Facebook.

L'exégèse de Benjamin Netanyahou n'a pas échappé aux autorités iraniennes, et en premier lieu au ministre des Affaires étrangères Javad Zarif. Pour ce dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahou se livrerait en la matière à une «distorsion des réalités d'aujourd'hui, mais aussi du passé», y compris des textes sacrés juifs eux-mêmes.

«Il est vraiment regrettable que par bigoterie on en arrive à accuser une nation qui a sauvé des juifs par trois fois dans l'Histoire», a-t-il déploré avant de donner sa lecture des Ecritures : «Le livre d'Esther raconte comment Xerxès [roi perse du Ve siècle avant Jésus-Christ] a sauvé les Juifs d'un complot fomenté par Haman [...], lors du règne de Cyrus le Grand, [VIe siècle av. J.-C.] les Juifs ont été sauvés de leur captivité à Babylone [...] et lors de la Seconde Guerre mondiale, alors que les Juifs étaient massacrés en Europe, l'Iran leur a ouvert les bras».

En visite à Moscou le 9 mars, Benjamin Netanyahou s'était déjà dit convaincu que l'Iran, selon lui héritier direct de la Perse de l'Antiquité – non islamisée – à travers les siècles, représentait une menace intemporelle pour le «peuple juif».

Lire aussi : «L'Iran veut détruire l'Etat juif», dit Netanyahou. «C'était au Ve siècle avant J-C», répond Poutine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.