Etats-Unis : la douane prend une fille de Playboy pour un agent du KGB et la passe à la question

Etats-Unis : la douane prend une fille de Playboy pour un agent du KGB et la passe à la question
Victoria Bonya a eu toutes les peines du monde à convaincre les douaniers américains qu'elles n'était pas un agent secret, capture d'écran Instagram, DR

Une ancienne playmate russe de Playboy a été retenue à la douane de l'aéroport de Los Angeles. Les policiers pensaient avoir affaire à un agent des services secrets du Kremlin. La jeune femme a dû produire des photos pour attester de sa profession.

Mieux vaut ne rien laisser paraître de suspect si l'on veut se rendre aux Etats-Unis : les douaniers américains sont sur la brèche et ne laissent rien passer, Victoria Bonya, Russe de 37 ans et ex-modèle photo de Playboy l'a appris à ses dépens.

A son arrivée à l'aéroport de Los Angeles, le 23 février 2017, les douaniers américains inspectent minutieusement ses bagages et trouvent la carte de visite d'une société spécialisée dans les caméras miniatures. Il n'en fallait pas plus pour que tout bascule.

«Au lieu de poser des vraies questions, les officiers ont décidé de parler de notre président [Vladimir Poutine]», témoigne-t-elle sur son compte Instagram. «Alors qu'ils avaient toutes les informations sur ma profession, ils ont commencé à parler de KGB», précise-t-elle encore. Une assertion qui a fait rire Victoria Bonya, qui a cru à une plaisanterie – d'autant que le KGB n'existe plus depuis fin 1991 – jusqu'à ce que l'un des zélés fonctionnaire ne lui répète la question une troisième fois, l'air pas amusé du tout.

«J'ai pensé qu'il allaient me mettre en détention», se rappelle-t-elle, craignant alors de ne pas pouvoir rentrer aux Etats-Unis. La belle, originaire de Krasnokamensk, à plus de 5 000 kilomètres à l'est de Moscou, n'a recouvré sa liberté qu'après avoir montré aux policiers des images de shoots et des photos glamour de son compte Instagram, preuve de son activité de modèle.

Depuis fin décembre 2016, les voyageurs désirant se rendre aux Etats-Unis sont tenus de communiquer aux autorités américaines leurs identifiants, noms et pseudonymes de réseaux sociaux, via une plateforme web. Ce n'est pas obligatoire, mais c'est fortement conseillé.

Lire aussi : Envie d’aller aux Etats-Unis ? Les douanes veulent vérifier vos comptes sur les réseaux sociaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que retenez-vous de ce premier tour de la présidentielle ?

Résultats du sondage