Bruxelles menace de mettre fin à l'exemption de visas pour les Américains se rendant en UE

Bruxelles menace de mettre fin à l'exemption de visas pour les Américains se rendant en UE© Fabrizio Bensch Source: Reuters

Les citoyens américains pourraient se voir imposer une demande de visa avant de se rendre dans les pays de l'Union européenne, selon une résolution votée par le Parlement européen, qui accuse Washington de discriminer certains pays.

Le Parlement européen a adopté une résolution non contraignante demandant à Bruxelles d'obliger les Américains à faire une demande de visa pour se rendre en Europe, à moins que Washington ne cesse d'imposer des visas aux citoyens de l'Est de l'UE.

La résolution, adoptée à main levée, exige l'égalité de traitement pour tous les citoyens de l'UE par les autorités américaines et pourrait mener à un véritable ultimatum de la part de Bruxelles, si Washington n'acceptait pas d'exempter de visas les citoyens de tous les pays de l'UE, sans exception, avant la fin du mois d'avril.

En effet, les Etats-Unis continuent de refuser l'accès aux ressortissants de Pologne, de Croatie, de Bulgarie, de Roumanie et de Chypre. Les citoyens des autres pays membres de l'UE (23 Etats au total) peuvent eux entrer aux Etats-Unis à l'aide du programme Visa Waiver (VWP).

Ce programme du gouvernement fédéral des Etats-Unis permet aux citoyens des pays concernés de voyager aux Etats-Unis, y compris en transit, pour une période maximale de 90 jours sans être dans l'obligation d'obtenir un visa au préalable.

«La Commission européenne compte légalement prendre des mesures pour réintroduire temporairement les visas pour les citoyens américains, étant donné que Washington n'accorde toujours pas d'accès sans visa aux ressortissants de cinq pays de l'UE (ceux cités plus haut)», a fait savoir le Parlement européen dans un communiqué de presse.

Ainsi, si les Etats-Unis refusent d'accéder à la requête de la Commission européenne, cette dernière pourrait suspendre l'exemption de visa vers l'UE pour les ressortissants américains pour une période de 12 mois, à moins que le Parlement ou le Conseil de l'UE ne s'y opposent.

Potentiel coup dur pour le secteur touristique

Avant la tenue du vote du 2 mars, la Commission européenne des voyages (ETC) a averti que la mise en place de restrictions de visa pour les citoyens américains aurait un impact négatif sur l'économie de l'Union européenne.

«Nous sommes très préoccupés par l'impact économique et politique que pourrait provoquer une suspension de l'exemption de visa pour les ressortissants américains [voulant se rendre en UE]», a déclaré Eduardo Santander, directeur exécutif de l'ETC, dans une lettre aux députés européens.

«Compliquer la mobilité des citoyens américains vers l'UE priverait certainement le secteur touristique européen de revenus essentiels et mettrait en jeu des milliers d'emplois européens dans l'un des rares secteurs connaissant une forte croissance de l'emploi», rapporte le quotidien britannique The Guardian.

L'agence Reuters explique quant à elle que pour éviter d'imposer des restrictions aux Américains, la Commission européenne a déjà contacté l'administration de Donald Trump pour «pousser vers une réciprocité complète du système de visas». La question pourrait être résolue lors de la prochaine réunion ministérielle entre l'UE et les Etats-Unis.

«Nous ferons un rapport sur les progrès accomplis avant la fin du mois de juin et continuerons à travailler en étroite collaboration avec le Parlement européen et le Conseil», a déclaré un porte-parole de la Commission européenne.

Déjà en avril 2014, la Commission européenne s'était indignée à propos du fait que cinq pays, dont les Etats-Unis, ne respectaient pas le programme d'exemption de visas en vigueur avec l'UE censé permettre à tous les ressortissants de l'Union européenne d'entrer sur le territoire américain sans visa. Alors même que les ressortissants américains n'ont besoin d'aucun document particulier pour pénétrer sur le sol européen. 

Bruxelles avait informé Washington de la mésentente sur le programme d'exemption de visas le 12 avril 2014 et donné aux Etats-Unis la possibilité de modifier ses pratiques dans les 24 mois. Mais depuis, les restrictions mises en place par les Etats-Unis sur les cinq pays de l'est de l'UE concernés sont toujours en vigueur.

Lire aussi : Donald Tusk : «Les Etats-Unis sous Donald Trump constituent une menace pour l'UE»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.