En Libye, les femmes de moins de 60 ans devront être chaperonnées par un homme pour voyager

En Libye, les femmes de moins de 60 ans devront être chaperonnées par un homme pour voyager Source: AFP
La Libye, divisée en deux zones concurrentes, ne parvient pas à retrouver la paix depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011

Les autorités militaires qui contrôlent la partie Est du pays ont instauré cette mesure afin de «garantir la sécurité» face aux espionnes présumées qui se feraient passer pour des membres d'ONG dans la région. «Grotesque», dénoncent les associations.

Les femmes âgées de moins de 60 ans demeurant dans l'Est de la Libye ne pourront plus voyager seules en dehors de cette zone et devront à l'avenir être accompagnées par un homme pour le faire. Les autorités militaires expliquent cette décision pour des raisons de sécurité et rejettent l'idée d'un motif religieux. L'interdiction s'applique aux routes aériennes, terrestres et maritimes, relate The Independent

Selon Abdel-Razek al-Nadhouri, le chef militaire en charge de la zone, des membres de différents services secrets se feraient passer pour des femmes travaillant pour des ONG et des associations. L'interdiction permettrait donc d'empêcher l'espionnage et de «garantir la sécurité». Si elle n'a pas été votée par le gouvernement de la zone, installé à al-Beyda, cette nouvelle mesure devrait s'appliquer dès la fin du mois de février.

Une mesure controversée dans un pays divisé

Les associations de défense des droits des femmes s'indignent d'une mesure jugée rétrograde. «Il est grotesque qu'en 2017 nous ayons à débattre du droit pour les femmes de voyager sans un chaperon qui parfois peut même n'avoir que 20 ans», s'est indignée Imam Bugaighis, militante pour les droits des femmes. 

Depuis 2011 et la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est en proie aux violences et encore loin de connaître une stabilité politique. Le pays est divisé en deux zones : d'un côté, la région de Tripoli, où siège le gouvernement d'union nationale (GNA), et de l'autre la zone d'al-Beyda, où une autorité rivale, qui contrôle une grande partie occidentale du pays, s'appuie sur le Parlement élu de Tobrouk.

Lire aussi : Six ans après le début du Printemps arabe aucune démocratie en vue en Libye

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage