Une nouvelle flotille veut rompre le siège de Gaza

Front de mer à Gaza© Siegfried Modola Source: Reuters
Front de mer à Gaza

Une flotille vogue vers la bande de Gaza avec à son bord des activistes qui souhaitent apporter de l'aide à la population du territoire palestinien sous blocus.

 Dans le but de dénoncer le blocus israélien, le navire La Marianne est parti de Göteborg, en Suède, le 10 mai dernier. L'embarcation fait partie, avec deux autres bateaux, de la «Flotte de la liberté» qui souhaite acheminer des denrées afin de venir en aide aux gazaouis. L'équipage de la Marianne a fait une halte dans le port de Palerme, en Italie.

Pour soutenir leur projet, les membres de la flotille ont créé un site qui permet de suivre leur itinéraire. De plus, une pétition sur le site Change.org a également été lancée. 

Itinéraire de la Flotille, capture d'écran du site Freedom Flotilla
Itinéraire de la Flotille, capture d'écran du site Freedom Flotilla

A son bord, des activistes pro-palestiniens issus de la société civile de plusieurs pays. Parmi eux, l'ancien président tunisien Moncef Marzouki, les euro-députées espagnoles Ana Miranda et Estefanía Torres, la journaliste portugaise Théresa Campos. Plusieurs nationalités sont représentées à bord, danoise, suédoise, palestinienne ou encore brésilienne. 

Par cette action, les membres de la flotille souhaitent dénoncer le blocus de Gaza imposé par Israël et par l'Egypte depuis 2007, en représailles à la victoire par le Hamas des élections législatives.

Israël s'est toujours opposé à toute tentative de forcer le blocus. Ainsi en mai 2010, une opération de l'armée israélienne avait été lancée contre une flotille de bateaux de militants pro-palestiniens qui tentaient de briser le blocus. L'intervention avait alors fait neuf morts et vingt-huit blessés parmi les militants.

En savoir plus : Steinmeier : Il faut rouvrir les frontières de Gaza

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales