En visite au Liban, Marine Le Pen y évoque la «très lourde crise» des réfugiés syriens

En visite au Liban, Marine Le Pen y évoque la «très lourde crise» des réfugiés syriens
Enfants syriens réfugiés dans un camp de la vallée de la Bekaa au Liban, en janvier 2017, photo ©JOSEPH EID/AFP

Alors que le Liban compte un million de réfugiés pour un total de quatre millions d'habitants, Marine Le Pen a mis en avant des points communs entre la France et le pays du cèdre. L'occasion d'analyser la crise migratoire et le risque terroriste.

«Nous avons évoqué l'inquiétude fondamentale que représente le développement du fondamentalisme islamique et des moyens de pouvoir lutter contre lui», a déclaré Marine Le Pen à l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre libanais, Saad Hariri. En déplacement au Liban, la candidate à l'élection présidentielle française s'est efforcée de trouver des points commun entre la France et le Liban. Ce petit pays, autrefois surnommé la «Suisse du Moyen-Orient», compte un million de réfugiés pour une population de seulement quatre millions d'habitants, conséquence des conflits israélo-arabes mais aussi de la guerre civile en Syrie.

Une crise migratoire que Marine Le Pen a qualifiée de «très lourde» pour le Liban, soulignant qu'elle ne pourrait «pas durer éternellement compte tenu du poids que représente sur l'économie et le système de santé la prise en charge d'un nombre de réfugiés tout à fait exceptionnel». Manière, pour la candidate, de faire un parallèle avec la crise migratoire en Europe et en France, tout en soulignant des intérêts communs aux deux pays, notamment en matière de lutte contre le terrorisme.

Marine Le Pen a ainsi souligné la nécessité d'une «coopération entre les pays conscients de ce danger». «Le Liban et la France doivent être les piliers de la lutte contre le fondamentalisme islamiste», a-t-elle déclaré.

Le Premier ministre Saad Hariri a toutefois tenu à lever toute ambiguïté. Il a réaffirmé, dans un communiqué, qu'il n'y avait, selon lui aucun lien entre islam et terrorisme : «L'erreur la plus grave serait l'amalgame entre l'islam et les musulmans d'une part [et le] terrorisme d'autre part.»

Lire aussi : A Beyrouth, Marine Le Pen plaide pour resserrer les liens franco-libanais

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que retenez-vous de ce premier tour de la présidentielle ?

Résultats du sondage