L'Allemagne veut expulser 300 000 migrants dont la demande d'asile a été rejetée

L'Allemagne veut expulser 300 000 migrants dont la demande d'asile a été rejetée Source: AFP
Le directeur de la Chancellerie fédérale d'Allemagne a affirmé que les efforts pour expulser les demandeurs d'asile dont le dossier a été rejeté seraient intensifiés

En baisse dans les sondages, le gouvernement d'Angela Merkel tente de rassurer l'opinion à l'approche des élections de l'automne prochain. Le directeur de la chancellerie allemande évoque la nécessité d'expulser en priorité «les délinquants».

Peter Altmaier, directeur de la chancellerie fédérale allemande et proche collaborateur d'Angela Merkel, a annoncé que les 300 000 migrants dont la demande d'asile avait été refusée par les autorités allemandes en 2016 seraient «rapidement expulsés». «Sans cela, la crédibilité de notre Etat de droit est engagée», a-t-il expliqué dans un entretien avec l'hebdomadaire Bild am Sonntag

«Nous devons surtout expulser les délinquants et les individus qui représentent une menace pour notre sécurité dans les plus brefs délais», a-t-il ajouté, s'exprimant en sa qualité de coordinateur de la politique migratoire du gouvernement. «L'an passé, près de 80 000 migrants ont déjà été reconduits dans leurs pays», a-t-il tenu à souligner, affirmant par ailleurs que «ce nombre grimpera[it]» en 2017.

Alors que la défiance de l'opinion allemande à l'égard de la politique migratoire conduite par Angela Merkel s'accroît depuis plusieurs mois, l'attentat commis à Berlin en 2016 par un migrant tunisien qui devait être expulsé vers la Tunisie a mis en lumière les problèmes de coopération entre l'Allemagne et certains pays.

Anis Amri avait en effet vu son expulsion retardée à cause d'une mauvaise coopération entre Tunis et Berlin. «Nous faisons des progrès», martèle pourtant Peter Altmaier, qui affirme que Berlin travaille notamment avec «l'Algérie, le Maroc et l'Afghanistan», afin d'accélérer les expulsions vers ces pays.

Récemment, Angela Merkel avait annoncé vouloir accélérer les expulsions. L'ambition affichée par Peter Altmaier d'intensifier les reconduites à la frontière confirme donc le virage qu'adopte son parti, l'Union chrétienne-démocrate (CDU), à l'approche des élections fédérales de l'automne 2017. Pour la première fois depuis plusieurs années, un sondage récent donnait la chancelière allemande battue par son rival du Parti social-démocrate (SPD), Martin Schulz.

Lire aussi : L'Allemagne a dépense plus de 21 milliards d'euros pour absorber les migrants en 2016

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales