L'Allemagne a consacré plus de 21 milliards d'euros pour absorber les migrants en 2016

L'Allemagne a consacré plus de 21 milliards d'euros pour absorber les migrants en 2016
Des migrants attendent dans une gare du Nord de l'Allemagne en novembre 2015, crédits photo : ©CARSTEN REHDER / DPA / AFP

Le ministère des Finances allemand a publié un rapport mensuel sur lequel le «Spiegel» s'est penché. Selon le magazine, Berlin aurait ainsi consacré des dizaines de milliards d'euros depuis 2015, soit plus de 96 milliards d'ici à 2020 au total.

Selon un rapport du ministère des Finances allemand publié ce 27 janvier 2017, le gouvernement d'Angela Merkel a dépensé quelque 21,7 milliards d'euros pour faire face à la crise migratoire. Et pour 2017, 21,3 milliards sont d'ores et déjà provisionnés.

Cela comprend les frais d'accueil, d'enregistrement des migrants mais aussi de logement, soit plus de 3 milliards d'euros, auxquels il faut ajouter 9,3 milliards versés directement aux régions allemandes, les Länders, pour faire face plus localement et directement à la même tâche.

Plan de «relance économique» ?

Le gouvernement fédéral allemand présente la dépense comme un «paquet de mesures de stimulus économique, mais si l'argent est bel et bien injecté dans l'économie selon la doctrine keynésienne, où il est censé générer de l'activité, il vient tout de même de la poche du contribuables.

«Vous pouvez le voir aussi comme un plan de relance économique», estime Ferdinand Fichtner, chef de l'Institut allemand de recherche économique, le DIW, et cité par le magazine allemand Der Spiegel, précisant qu'une grande part des sommes versées par l'Etat fédéral ont été dépensées en approvisionnement de nourriture et en logements pour les migrants, faisant travailler les entrepreneurs et les fournisseurs locaux.

Selon les chiffres officiels, l'Allemagne a accueilli quelque 890 000 migrants en 2015 pour ensuite réduire le flux à 600 000 en 2016 selon les chiffres de l'agence Reuters, et 400 000 prévus pour 2017.

Angela Merkel en difficulté quant à sa politique migratoire

La politique de «porte ouverte» à l'immigration de masse d'Angela Merkel fait l'objet de nombreuses critiques en Allemagne, du parti souverainiste Alternative pour l'Allemagne (AfD) jusque dans les rangs même du parti de la chancelière, alors que cette dernière brigue un quatrième mandat en 2017. A la tête de l'Etat  fédéral allemand même, Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand a appelé en janvier 2017 à tolérance zéro à l'égard de l'islamisme et à la fermeture des mosquées salafistes.

Angela Merkel a, pour sa part, reconnu des erreurs dans sa politique migratoire, après la série d'attaques qu'a connue l'Allemagne. Après la vague d'agressions sexuelles de Cologne du 31 décembre 2015 à l'attentat au camion du marché de Noël de Breitscheidplatz à Berline un an plus tard, en passant par les nombreuses attaques de l'été 2016, les lignes ont bougé en Allemagne, concernant  le bien-fondé du «multi-culturalisme». Pour espérer l'emporter la chancelière a dû amender ses positions sur la question et se montrer plus dure, au risque de brouiller son message.

Lire aussi : La Turquie pourrait annuler l'accord sur les migrants après le refus grec d'extrader ses militaires

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales