Un projet de loi sur le déploiement de missiles nucléaires en Europe proposé au Congrès américain

Un projet de loi sur le déploiement de missiles nucléaires en Europe proposé au Congrès américain© Joshua Roberts
Le Congrès américain

Suite aux informations sur le déploiement présumé de missiles de croisière par la Russie publiées dans le New York Times, des sénateurs américains entendent contrer «l’agression russe» en déployant des missiles à capacité nucléaire en Europe.

Les Etats-Unis devraient déployer des missiles nucléaires à courte et moyenne portée en Europe, prévoit le nouveau projet de loi proposé au Congrès par un groupe de sénateurs dirigé par le Républicain Tom Cotton, d'après le New York Times. Cette proposition intervient après des accusations de violations par la Russie du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de 1988, visant le démantèlement par Washington et Moscou de leurs missiles à charge nucléaire.

Parmi les mesures proposées par les sénateurs, figurent l’augmentation des dépenses de défense contre les missiles de ce type, le déploiement de systèmes américains à moyenne portée, la livraison de ces missiles aux alliés des Etats-Unis en Europe et la suspension de l'accord New Start sur la réduction des armes nucléaires entre Moscou et Washington. Le résumé du projet de loi peut être consulté sur le site personnel du sénateur Tom Cotton.

Ce dernier explique cette initiative par la nécessite de mettre un terme à «l’agression russe effrénée». «Si la Russie entend essayer et déployer des missiles de croisière à moyenne portée, la logique nous force à répondre», a écrit Tom Cotton.

«On ne peut pas prendre au sérieux des publications de ce genre»

Les informations sur le déploiement présumé de missiles de croisière à capacité nucléaire par Moscou ont été annoncées le 14 février par le quotidien américain The New York Timescitant des sources dans l’administration Trump. Selon le média, la Russie aurait essayé depuis longtemps des missiles de croisière à portée plus de 500 kilomètres et aurait déployé deux bataillons impliquant quatre systèmes chacun près de ses frontières.

Moscou a réagi à ces accusations en affirmant que telles déclarations étaient infondées. «Cela n’est pas dans nos habitudes de réagir aux publications des journaux, mais comme l’article du New York Times a déjà trouvé une résonnance, et son auteur se réfère à des sources anonymes dans l’administration américaine, il nous faut livrer des commentaires. Nous faisons face une énième fois à des accusations infondées, l’article ne donne aucune preuve pour appuyer de telles suspicions et accusations. Il s'agit de sources anonymes, nous avons pu observé de tels agissements sous l’ancienne administration. Bien entendu, on ne peut prendre au sérieux des publications de ce genre», a déclaré le directeur du Département pour la non-prolifération et le contrôle de l'armement du ministère russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Oulianov.

Lire aussi : Ancien chef du Pentagone : «Plus nous avons d’armes nucléaires, plus notre existence est en danger»

La Russie a pour sa part aussi accusé les Etats-Unis de violations du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Ainsi, selon Moscou, les drones d’attaque américains, les systèmes de lancement américains Mark 41 déployés en Roumanie et les missiles de croisière JASSM-ER transmis à la Pologne violent ce traité.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.