Allemagne : nouveaux détails sordides sur des abus sexuels dans un camp d'entraînement militaire

Allemagne : nouveaux détails sordides sur des abus sexuels dans un camp d'entraînement militaire© Michaela Rehle Source: Reuters

Une enquête de l'armée allemande rendue publique, a révélé que des jeunes recrues avaient été victimes d'abus sexuels par leurs formateurs. Les jeunes femmes étaient notamment obligées de se déshabiller et de danser sur un barre de strip-tease.

Les journaux allemands Der Spiegel et DPA ont pu consulter un rapport  de la Bundeswehr détaillant des sévices humiliants qu'une jeune recrue avait dû subir lors d'un «test de recrutement» dans le camp de soldats d'élite de la base de Pfullendorf, en Bade-Wurtemberg. Cette enquête interne de l'armée allemande avait été ouverte après des révélations concernant de violents bizutages subis par des recrues dans ce camp d'entraînement.

Les enquêteurs de l'armée ont notamment recueilli le témoignage édifiant d'une jeune femme, connue seulement sous le nom de Nicole E. Cette recrue a indiqué avoir été forcée par des instructeurs d'effectuer une danse sur un poteau dans la salle commune de la caserne. Or, Der Spiegel a rapporté qu'un poteau, en tout point similaire à une barre de strip-tease, avait été découvert par les enquêteurs de l'armée allemande dans la caserne, confirmant les dires de Nicolas E.

Selon le rapport militaire, les recrues féminines ont été forcées de réaliser des danses et obligées de se déshabiller, tandis que des instructeurs se permettaient de les toucher dans des endroits intimes, sans porter de gants. Le rapport de l'armée a également révélé que des instructeurs avaient effectué des «test d'odeur» sur les jeunes femmes.

Les enquêteurs de l'armée ont par ailleurs découvert que pour se protéger de toute accusation, les jeunes femmes avaient été contraintes par leurs agresseurs designer des formulaires de consentement. En outre, les superviseurs chargés du suivi des activités d'entrainement, auraient considéré cette situation comme «absolument normale» et certains d'entre eux auraient même participé aux abus sexuels.

Si les témoignages des victimes ont été en grande partie confirmés par l'enquête, aucun des militaires allemands mis en cause n'a pour le moment été renvoyé de l'armée. Cinq formateurs, accusés d'abus sexuels par Nicole E., ont par exemple été réaffectés au sein d'autres services sur la base militaire ou mutés dans d'autre installations militaires, ailleurs dans le pays.

Lire aussi : L'Allemagne pourrait rétablir le service militaire obligatoire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage