Chicago : un enfant de deux ans abattu d’une balle dans la tête en direct sur Facebook Live

Chicago : un enfant de deux ans abattu d’une balle dans la tête en direct sur Facebook Live© Jim Young Source: Reuters
Photo d'illustration

Des dizaines d'internautes ont été témoins d'une scène sordide sur Facebook Live. Des individus réglaient leurs comptes quand l’un d'entre eux s’est mis à tirer sur une voiture dans laquelle se trouvait un enfant de deux ans.

Chicago est une ville réputée pour ses violences. Cette fois, c'est une simple querelle entre deux gangs rivaux qui a dégénéré en un vrai bain de sang. Une jeune femme de 20 ans, enceinte, filmait sur Facebook Live pendant que le conducteur du véhicule se disputait avec un membre d'un autre gang. Un garçon de deux ans se trouvait à l'arrière.

Soudain, quelqu'un a ouvert le feu. Le petit garçon, Lavontay White, a reçu une balle dans la tête et est mort sur le coup. Le jeune homme qui se trouvait au volant a lui aussi été abattu. Seule la jeune femme a réussi à s’échapper de la voiture et à se réfugier dans une ruelle voisine, et ce malgré une blessure au ventre. Selon le Chicago Tribune, elle serait dans un état stable.

«A un moment, cela doit s'arrêter», a déclaré le chef de la police locale, Eddie Johnson.

«Nos enfants ne devraient pas continuer de payer le prix de notre incapacité à tenir pour responsables de leurs actes les récidivistes qui se servent d'armes à feu», a-t-il déploré, précisant que la police cherchait toujours l’auteur de ce double meurtre.

Le 11 février, un incident similaire a eu lieu à Chicago. Un jeune homme de 19 ans, membre d’un gang, est en effet accusé d'avoir tué une fillette de 11 ans. Selon le estimations, en 2016, Chicago a été le théâtre de 750 meurtres et quelque 3 500 fusillades.

Lire aussi : 2016, année record d'homicides à Chicago : Donald Trump préconise une aide «fédérale»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales