Les Etats-Unis ont utilisé des armes à l'uranium appauvri en Syrie, révèle Foreign Policy (VIDEO)

Les Etats-Unis ont utilisé des armes à l'uranium appauvri en Syrie, révèle Foreign Policy (VIDEO)
En novembre 2015, l'armée de l'air américaine détruit 116 camion-citernes utilisés par Daesh pour transporter et vendre du pétrole, capture d'écran YouTube

L'armée américaine aurait tiré des milliers de munitions à uranium appauvri contre des camions-citernes alors que des munitions classiques auraient suffi. Ce serait la première utilisation avérée de telles armes depuis l'invasion de l'Irak en 2003.

Des sources officielles ont confirmé que les Etats-Unis avaient eu recours à des munitions à uranium appauvri en Syrie en 2015, selon Foreign Policybimestriel consacré à la politique internationale et aux enjeux stratégiques mondiaux.

Citant le major Josh Jacques, porte-parole de l'US CENTCOM – le commandement central militaire des Etats-Unis – la publication spécialisée précise que l'aviation américaine a tiré quelque 5 265 munitions à l'uranium appauvri de calibre 30mm. Son objectif ? Empêcher Daesh de transporter et vendre le pétrole des champs qu'il contrôle, tel celui de Deïr ez-Zor. 

L'uranium appauvri est utilisé dans la fabrication d'armes de pénétration, notamment contre le blindage des tanks ou les bunkers. Elles ne sont pas utilisée dans les combats d'infanterie ou contre des objectifs vulnérables, comme des camions sans blindage. Aussi, n'était-il pas nécessaire d'utiliser de telles munitions contre des camions-citernes, comme on le constate aujourd'hui.

De plus, les Etats-Unis s'étaient engagés en mars 2015 à ne pas utiliser de telles armes, décriées parce que suspectées d'être à l'origine de graves troubles de la santé au sein des populations vivant dans les zones bombardées.

«Nous pouvons confirmer que les avions des Etats-Unis, ainsi que ceux de la coalition n'ont pas utilisé et n'utiliseront pas de munitions à uranium appauvri en Irak et en Syrie», avait alors affirmé le Pentagone.

L'uranium appauvri, faiblement radioactif, est toutefois susceptible de contaminer les terrains des zones de bombardement. Bien que sa nocivité soit controversée, l'uranium appauvri pourrait être à l'origine de l'augmentation des cas de leucémies, de malformations congénitales, ainsi que de plusieurs cancers en Irak, constatés à la suite de l'intervention militaire américaine et décrites sous le terme générique de «syndrome de la guerre du Golfe».

Lire aussi : Héritage toxique de la bataille de Falloujah : «Les dommages causés à l’ADN»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»