Les larmes de la négociatrice canadienne du CETA étaient simulées pour «culpabiliser» les Européens

Les larmes de la négociatrice canadienne du CETA étaient simulées pour «culpabiliser» les Européens Source: Reuters
Après les négociations tendues sur le CETA, la négociatrice canadienne a admis qu'elle avait déployé des talents de comédienne pour obtenir la ratification de l'accord

Face aux caméras, Chrystia Freeland avait les larmes aux yeux à cause du refus wallon de ratifier le CETA. Moins d'un an après, elle a admis qu'il s'agissait d'une «stratégie» afin d'émouvoir les Européens pour obtenir la ratification de l'accord.

Alors que le bras de fer au sujet du CETA entre la Wallonie et le Canada était au centre de l'attention médiatique en octobre 2016, la ministre du Commerce canadienne, Chrystia Freeland, était apparue les larmes aux yeux face au caméra, visiblement ébranlée par le refus de la région wallonne de ratifier l'accord de libre-échange. Il ne s'agissait en réalité que d'une comédie destinée à mettre les Européens sous pression, affirme le journal Globe and Mail

Le 21 octobre, à la sortie d'une réunion avec le ministre-président wallon Paul Magnette, Chrystia Freeland était apparue la voix tremblante. A l'occasion d'une réception à l'ambassade du Canada aux Etats-Unis, Chrystia Freeland est revenue sur cet épisode en expliquant qu'il s'agissait là de la stratégie «la plus efficace pour culpabiliser ses partenaires intransigeants». «Nous avons décidé qu'il était très important de ne pas être fâchés en sortant, parce que nous voulions que les Wallons se sentent coupables», a-t-elle expliqué.

Plus stupéfiant encore est ce commentaire auquel elle s'est livré, résumant le discours qu'elle avait décidé de tenir pour faire vibrer la corde sensible chez les Européens : «Vous savez, nous sommes Canadiens, nous sommes tellement géniaux, nous sommes tellement sympas... j'ai visé un ton triste plutôt que fâché.»

En réaction à ces révélations inattendues, Paul Magnette a témoigné de son incrédulité. «Je ne peux pas croire à une histoire aussi énorme», a-t-il expliqué sur le plateau de l'émission de la RTBF Jeudi en prime.

Après de longues négociations, la région de Wallonie avait finalement fini par trouver un accord et avait autorisé l'Etat belge à ratifier le CETA, au grand dam des opposants au traité de libre-échange, qui avait placé leurs espoirs dans la résistance affichée dans un premier temps par la région francophone.

Lire aussi : «Vote du CETA : les ultralibéraux ont rendu les Européens orphelins et malheureux»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.