Coquille vide ? Des Etats africains envisagent de se retirer «en masse» de la CPI

Coquille vide ? Des Etats africains envisagent de se retirer «en masse» de la CPI© Jerry Lampen Source: Reuters
De nombreux états quittent ou menacent de quitter la cour pénale internationale
Suivez RT France surTelegram

Après le Burundi, l'Afrique du Sud ou encore la Gambie en octobre dernier, de nombreux pays africains auraient menacé de quitter la CPI si elle n'était pas réformée selon Reuters. Ils l'accusent de passer sous silence les crimes des pays occidentaux.

L'agence de presse Reuters affirme avoir vu un document qui met en avant la volonté des pays africains de se retirer «en masse» de la cour pénale internationale (CPI). Il souhaitent que des réformes soient engagées, estimant que le continent africain est victime de préjugés de la part de la Cour pénale internationale.

Près d'un tiers des 124 membres de la CPI sont africains et s'ils se retiraient massivement, cela handicaperait encore plus une juridiction internationale qui a déjà beaucoup de difficultés à poursuivre les pays qui commettent des crimes de guerre, particulièrement s'ils sont occidentaux.

En 15 ans d'existence, la CPI n'a pour l'instant condamné que des Africains, même si des procédures pénales sont actuellement ouvertes pour des crimes commis en Europe de l'Est, au Moyen-orient et en Amérique du sud.

Le document auquel a eu accès Reuters fait état d'une stratégie de retrait à mettre en œuvre par les pays africains si jamais leurs demandes de réformes n'étaient pas satisfaites. Il réclame une justice internationale «juste et transparente», qui ne soit pas «à deux vitesses» et défend une «régionalisation» du droit international, en référence à la proposition d'une cour pénale africaine contre les crimes de guerre. 

La Russie a, elle aussi, décidé de se soustraire à la juridiction de la CPI. Vladimir Poutine a signé un décret pour retirer la signature que la Russie avait apposée en l'an 2000 au Statut de Rome, accord international à l'origine de la création de la CPI. Le pays n'avait jamais ratifié ce document, reprochant à cette instance de ne pas être «véritablement indépendante» et de ne pas avoir été à la hauteur des espoirs suscités lors de sa création.

Le président philippin Rodrigo Duterte, a également annoncé son intention de suivre l’exemple russe et de quitter la juridiction, qu'il juge «inutile».

Lire aussi : «Ne partez pas !» : la CPI appelle la Russie et d'autres pays à ne pas se retirer du statut de Rome

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix