Navire russe accompagné par l’armée britannique : «On n’a pas besoin de services d’escorte»

Navire russe accompagné par l’armée britannique : «On n’a pas besoin de services d’escorte» © Ministère britannique de la Défense Source: Sputnik
L'escorte britannique du porte-avions russe
Suivez RT France surTelegram

Après que des avions et un navire britanniques ont escorté le porte-avions russe revenant de Syrie, le ministère russe de la Défense a commenté l’incident sur le ton de plaisanterie et a conseillé à Londres de prêter plus d’attention à sa flotte.

Le porte-avions russe Amiral Kouzntesov qui retournait via la Manche en Russie depuis la mer Méditerranée où il était impliqué dans des opérations contre Daesh a attiré l’attention de la marine et des forces aériennes britanniques. Un escadron d’avions de la Royal Air Force Typhoon et le navire HMS St Albans ont escorté le porte-avions russe qui passait, selon Londres, dans la «zone d’intérêt» britannique. Le ministre britannique de la Défense Michael Fallon a même qualifié le bateau de combat russe de «navire de la honte» et a promis de le suivre de près.

L’escorte du porte-avions russe aurait coûté des centaines de milliers de livres aux contribuables britanniques

Le ministère russe de la Défense a commenté avec ironie ces actions des militaires britanniques. «Les bateaux de combat russes n’ont pas besoin de services d’escorte insensés», a déclaré le porte-parole de la Défense russe Igor Konachenkov. Ce dernier a conseillé également à son homologue britannique de prêter plutôt attention à la flotte britannique. «Surtout qu’il y a toutes les raisons pour cela, comme a noté la presse britannique», a-t-il fait remarquer en se référant à un scandale récent autour de l’échec du lancement d’un missile balistique depuis un sous-marin britannique.

Lire aussi : Londres aurait couvert l'échec d’un essai de missile balistique Trident près de la côte américaine

«Le but de telles déclarations et d’un spectacle joué avec l’escorte de nos bateaux est de détourner l’attention des contribuables britanniques de l’état réel de la marine militaire britannique», a poursuivi Igor Konachenkov. L’escorte militaire a coûté assez cher. Ainsi, des journalistes du quotidien local The Portsmouth New ont découvert que le coût d'une opération similaire en octobre s’était élevé à 1,4 million de livres (plus de 1, 6million d’euros). A l’époque, Londres avait déployé une frégate et un destroyer pour escorter l'Admiral Kouznetsov qui se rendant en Syrie était près des côtes britanniques. Le seul passage du porte-avions russe dans la Manche avait provoqué un tollé en Occident.

Le 6 janvier, le porte-avions Amiral Kouznetsov avec plus de 40 avions à bord a quitté la Méditerranée après avoir accompli ses tâches dans la lutte contre les terroristes en Syrie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix