The Economist : cinq vulnérabilités critiques menacent les technologies militaires américaines

Johanthan ErnstSource: Reuters
Johanthan Ernst

Les technologies militaires américaines se démocratisent et les avantages de l’armée s’amenuisent. La Russie ou la Chine modernisent massivement leurs forces armées menaçant la suprématie américaine, rapporte l’hebdomadaire britannique The Economist.

«Nous sommes en train d’entrer une ère où la domination américaine maritime, aérienne et spatiale – sans parler du cyberspace – ne peut désormais plus être tenue pour acquise», avait déclaré Chuck Hagel, l’ancien ministre américain de la défense, l’année dernière. Il est d’avis que les USA doivent développer une nouvelle génération des technologies militaires de façon à ce que d’autres pays ne puissent pas rivaliser.

Cet avertissement a été lancé à un moment opportun car d’autres pays, parmi lesquels on trouve la Chine, la Russie, la Corée du Nord et l’Iran, sont en train de moderniser leurs équipements militaires beaucoup plus agressivement. Au cours des 13 années de lutte contre les insurrections et des missions de stabilisation en Afghanistan, ou en Irak, le Pentagone était davantage concentré sur la production de véhicules résistants aux mines et de drones de surveillance que par sur les innovations technologiques indispensables pour rester en avance sur ses concurrents au plan militaire.

La Chine, au contraire, a saisi l’occasion de se rattraper. Avec un budget de la défense qui a tendance à croître de plus de 10% par an, le pays a investi dans des missiles balistiques et de croisière, des sous-marins équipés de torpilles à tête chercheuse et de missiles antinavires à longue portée, des armes antisatellites, des avions de combat modernes, des systèmes sophistiqués de contrôle et de communication. De plus, The Economist estime que la Russie modernise elle aussi ses forces après plus d’un décennie de négligence.

Pour pouvoir gagner cette lutte, les forces américaines doivent aujourd’hui surmonter cinq vulnérabilités critiques, considère le mensuel britannique :

- Les navires de surface peuvent aujourd’hui être attaqués par n’importe quel missile tiré par l’adversaire

- Il est de plus en plus difficile de protéger des bases aériennes régionales d’attaques surprises

- Il est difficile pour les avions américaines d’identifier des lanceurs mobiles de combat lorsqu’ils évoluent à la limite de leur rayon d’action

- Les systèmes de défense aériens modernes peuvent abattre des avions non furtifs depuis une longue distance

- Enfin, les satellites dont les Etats-Unis ont besoin pour la surveillance et le renseignement, ne sont plus à l’abri d’attaques

Cependant, d’après The Economist, même si les Etats-Unis parviennent à surmonter ces obstacles, il y a peu de chances que leur domination dans le domaine militaire perdure. Les technologies se répandent beaucoup plus vite qu’auparavant, en particulier grâce à l’Internet qui avait été créé avec l’aide du Pentagone lui-même et qui permet aujourd’hui aux pays concurrents de voler des secrets militaires américains. Bien que le Pentagone ait amélioré et considérablement affiné certaines de ses technologies durant ces dernières années, les technologies ont pour leur part proliféré est sont devenues beaucoup moins chères. Des puissances de calculs colossales, le traitement rapide des données, des détecteurs sophistiqués sont aujourd’hui beaucoup plus faciles à trouver que dans le passé. Et donc, même si l’Amérique possède encore maintenant les forces armées les plus efficaces du monde, son avantage technologique, qui lui garantit de pouvoir battre ses adversaires potentiels, serait, pour The Economist en train de s’éroder rapidement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales