Accords militaires entre les pays baltes et Washington signés dans un climat d'incertitude

- Avec AFP

Accords militaires entre les pays baltes et Washington signés dans un climat d'incertitude© Ingo Wagner Source: www.globallookpress.com
Un soldat américain à un meeting sur le déploiement de l'OTAN dans les pays baltes

A quelques jours de la prise de fonctions de Donald Trump, qui pourrait annoncer une normalisation des relations avec Moscou et un éloignement de l’OTAN, la Lituanie et l'Estonie ont signé des accords militaires avec Washington.

La Lituanie et l'Estonie ont signé des accords avec les Etats-Unis le 17 janvier. Un document similaire avait été signé le 13 janvier par la Lettonie. Ils portent notamment sur le statut des soldats américains envoyés sur leur territoire par l'administration sortante de Barack Obama.

Ces documents, qui doivent être ratifiés par les parlements, stipulent notamment, comme la plupart des accords similaires dits SOFA (Status of Forces Agreements) signés par les Etats-Unis avec de nombreux pays, que le personnel militaire américain expatrié et les familles qui l'accompagnent, resteront sous juridiction américaine, sauf en cas de crimes graves.

Le ministre lituanien de la Défense, Raimundas Karoblis, qui a signé l'accord avec l'ambassadeur américain, a jugé cette clause adéquate.

«Si un Américain commet un crime contre un autre Américain, est-il logique pour la justice lituanienne d'intervenir ? Mais la Lituanie garde le droit de reprendre la procédure à tout moment», a-t-il dit devant l'AFP.

«Avoir des forces américaines ici est dans notre intérêt et nous devons avoir une vision claire de leur statut», a encore plaidé le ministre.

A Tallinn, son homologue Margus Tsakhna s'est félicité de l'accord avec les Etats-Unis, qui «soutient la présence des unités américaines en Estonie et renforce sa sécurité».

Interrogé le 17 janvier à Moscou sur la prochaine arrivée de forces de l'OTAN en Estonie, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov n'y a consacré que quelques mots.

«C'est mauvais et ce n'est utile à personne», a-t-il déclaré, avant de poursuivre : «Et si les forces de l'OTAN ne se trouvent pas d'autre usage qu'en Estonie à la frontière avec la Russie, cela montre bien que leur renseignement marche mal et qu'elles ne savent pas ce qui se passe dans d'autres zones sous leur responsabilité.»

Le président américain élu Donald Trump, qui remplacera Barack Obama à la Maison blanche le 20 janvier, n’a pas écarté une normalisation des relations entre Washington et Moscou. Récemment, il a également décrit l’Alliance atlantique comme un «vestige du passé», une analyse partagée par le Kremlin.

Les trois pays baltes, qui comptent au total six millions d'habitants, se trouvent sur le flanc oriental de l'OTAN.

Lire aussi : Forces américaines en Pologne : une démarche aux antipodes de l'isolationnisme proné par Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales