Nigeria : au moins 50 morts et 120 blessés dans une frappe aérienne sur un camp de réfugiés

Nigeria : au moins 50 morts et 120 blessés dans une frappe aérienne sur un camp de réfugiés
La garde nationale nigériane défile devant des avions de chasse, photo ©ISSOUF SANOGO / AFP

Un raid de l'armée de l'air nigérienne a fait des dizaines de morts dans un camp de réfugiés selon Médecins sans frontières. Le bombardement du camp serait accidentel alors que l'aviation cherchait à frapper Boko Haram.

Ce 17 janvier, un avion de l'armée de l'air en mission contre l'organisation terroriste Boko Haram a bombardé par erreur un camp de déplacés faisant des dizaines de morts et de blessés, et blessant une vingtaine de membres du personnel de l'ONG Médecins sans frontières (MSF).

Cette dernière a condamné «avec force» la frappe aérienne contre le camp situé à proximité de la frontière avec le Cameroun. «Cette attaque à grande échelle contre des personnes vulnérables qui ont déjà fui des violences extrêmes est choquante et inacceptable», a déploré le directeur des opérations de MSF, le Docteur Jean-Clément Cabrol. 

Etienne L'Hermitte, porte-parole de MSF a exhorté les autorités nigérianes à faciliter l'évacuation des blessés. «Nos équipes au Cameroun et au Tchad sont prêtes à soigner les blessés», a-t-il déclaré, «nous sommes en contact avec nos équipes qui sont choquées à la suite de l'événement».

Le Nigeria est toujours en guerre contre l'organisation terroriste Boko Haram qui sévit non seulement dans le Nord-Est du Nigeria mais aussi, au-delà de ses frontières dans les pays voisins, au Cameroun, au Niger et au Tchad. Le mouvement insurrectionnel djihadiste est à l'origine de nombreux massacres, enlèvements et déplacements de populations.

Lire aussi : Boko Haram «écrasé» ? «Vous ne devriez pas mentir aux gens» répond son chef en vidéo

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales