Manifestations pour la démission de Netanyahou à Tel Aviv sur fond de scandales de corruption

Manifestations pour la démission de Netanyahou à Tel Aviv sur fond de scandales de corruption
Les Israéliens ont appelé Benjamin Netanyahou à démissionner alors que celui-ci fait l'objet de plusieurs enquêtes pour corruption

Alors qu'un enregistrement compromettant le mettant en cause a été diffusé par la presse, Benjamin Netanyahou pourrait aborder le virage le plus difficile depuis le début de son mandat en 2009. Les Israéliens ont manifesté pour demander sa démission.

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Tel Aviv samedi 14 janvier afin de demander la démission du Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Aux cris de «Netanyahou en prison !» ou «Il prend aux pauvres pour donner aux riches», les Israéliens présents manifestaient en réaction à l'enquête ouverte contre le Premier ministre pour plusieurs actes présumés de corruption.

En effet, un enregistrement a refait surface quelques jours plus tôt, dans lequel on peut entendre le Premier ministre proposer un accord commercial au dirigeant du journal Yedioth Ahronoth en échange d'une couverture plus favorable de la politique gouvernementale. Benjamin Netanyahou promet à l'homme de presse de réduire la diffusion du titre concurrent, Israel Hayom, pourtant réputé pro-Netanyahou.

D'autres enquêtes sont en cours, concernent notamment des cadeaux illégaux qu'aurait reçus le Premier ministre, pour une valeur d'environ 100 000 dollars en cigares et en alcool. Il est également suspecté d'avoir fait financer une partie de sa campagne électorale de 2009 de manière illégale par l'entremise de l'homme d'affaire français Arnaud Mimran, lui-même condamné à plusieurs reprises pour fraude en France.

La législation israélienne prévoit que tout membre d'un gouvernement contre lequel un acte d'accusation pour corruption est présenté doit démissionner. S'il avait jusqu'ici nié en bloc les accusations portées contre lui, les imputant à des manœuvres politiques orchestrées par l'opposition, la diffusion de cet enregistrement pourrait changer la donne. A 67 ans, celui que les Israéliens ont surnommé «Bibi» reste pourtant très populaire en Israël.

Lire aussi : «Israël : la police a interrogé Benjamin Netanyahou, soupçonné de corruption»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.