Deux Allemands sur trois pensent qu'un dossier racial pour les migrants faciliterait les enquêtes

Deux Allemands sur trois pensent qu'un dossier racial pour les migrants faciliterait les enquêtes© Wolfgang Rattay Source: Reuters
Police d'émeute près de la gare principal de Cologne, le 31 décembre 2016

D’après le sondage mené par le service YouGov, la moitié des personnes interrogées ont déclaré soutenir la décision de la police de Cologne de vérifier les papiers de quelque 2 000 Africains et Arabes lors des célébrations du Nouvel An.

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier dernier, le fait que la police ait arrêté des personnes dont le visage laissait croire qu'elles étaient d'origine africaine ou arabe, pour vérifier leurs documents d'identité, a provoqué un tollé dans les médias. Pourtant, le sondage mené par le service YouGov a montré que la moitié des personnes interrogées soutenaient une telle incitative.

De plus, près de 69% des sondés sont en faveur de la proposition des policiers d’ouvrir un dossier racial pour tous les migrants. Ils prétendent que ces dossiers pourraient favoriser la résolution de certaines affaires.

39% des personnes interrogées croient que les vérifications des papiers lors des célébrations du Nouvel An étaient «justifiées» tout en reconnaissant que «certaines mesures avaient un caractère problématique».

8% seulement des sondés se disent hostiles à ces contrôles, expliquant que cette façon de procéder de la police se basait sur une discrimination raciale.

Lors des célébrations du Nouvel An 2016, à Cologne, environ 1 200 femmes avaient été agressées pendant cette seule nuit. D’après les estimations de la police, au moins 2 000 hommes coupables se trouvaient dans les rues ce soir-là, dont la plupart étaient d’origine maghrébine. Pour éviter que cette situation ne se reproduise en 2017, les autorités de la ville de Cologne ont déployé 2 000 policiers dans les rues de la ville le 31 décembre en les autorisant à vérifier les papiers de toute personne leur semblant suspecte.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales