Explosions à l’aéroport militaire de Damas : la Syrie accuse Israël et menace de riposter

Explosions à l’aéroport militaire de Damas : la Syrie accuse Israël et menace de riposter© Capture d'écran d'une vidéo

Plusieurs fortes explosions ont touché l'aéroport militaire de Mazzeh, aux abords de Damas. L'armée syrienne a accusé Israël et averti Tel-Aviv que cette agression «flagrante» serait suivie de représailles.

Dans la nuit du 12 au 13 janvier, de fortes explosions ont secoué la base aérienne militaire de Mazzeh, à l'ouest de la capitale syrienne. Selon la télévision gouvernementale Sama TV, Israël serait derrière cette attaque.

Le porte-parole de l’armée a prévenu que cette agression «flagrante» aurait des conséquences et qu'elle démontrait qu’Israël cherchait à «soutenir des groupes terroristes sur le territoire syrien».

Selon le gouvernement syrien, des roquettes ont été tirés depuis un secteur situé près du lac de Tibériade, dans le nord d'Israël, juste après minuit.

L'aéroport de Mazzeh est une base aérienne stratégique majeure, utilisée principalement par la garde républicaine syrienne, corps d'élite chargé de protéger la capitale. Il ne se trouve qu’à cinq kilomètres de la résidence officielle de Bachar el-Assad.

Aucune victime ne serait à déplorer alors que, d’après les témoignages cités par la télévisions syriennes, des forces spéciales syriennes s’y trouvaient au moment même des explosions.

Le gouvernement israélien n'a quant à lui pas encore réagi.

La zone de Mazzeh avait déjà été pris pour cible en novembre 2016. L'armée syrienne avait en effet déclaré que, le 30 novembre 2016, des avions de combat israéliens avaient bombardé des postes militaires à l'ouest de Damas.

Israël avait justifié ces frappes en invoquant des représailles pour des bombardements de zones sous son contrôle dans les hauteurs du Golan, ou en arguant que ces frappes visaient le Hezbollah en Syrie.

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales