Agressions sexuelles en Autriche : un reponsable politique critique la police

Agressions sexuelles en Autriche : un reponsable politique critique la police© Dominic Ebenbichler Source: Reuters
Feux d'artifices au dessus d'Innsbruck pour les célébrations du Nouvel An (image d'illustration)

Pour un homme politique du Parti pour la liberté, la police aurait pu empêcher les 18 agressions sexuelles commises à Innsbruck lors de la soirée du Nouvel An. Le chef de la police affirme qu'elle était préparée «de la meilleur des façons possible».

«Les chefs de la police auraient pu empêcher les agressions sexuelles sur les femmes, [...] puisque les auteurs présumés agissaient de la même manière que lors du Nouvel An à Cologne, l'année dernière», écrit Markus Abwerzger, qui dirige le Parti pour la liberté (FPO) dans la région du Tirol où Innsbruck est située, dans un communiqué publié sur le site internet du parti. Il cherche par ailleurs à provoquer une réaction des autorités : «Vous ne pouvez pas continuer comme si de rien n'était, et faire comme si tout avait fait [pour empêcher cela].»

Ses critiques n'ont pas été bien reçues par la police d'Innsbruck, qui s'est défendue par la voie de son chef, Martin Kirchler.  «Nous étions préparés de la meilleure façon possible et avons fait tout le nécessaire», a répondu ce dernier cité par le quotidien autrichien Tiroler Tageszeiting. Il a ajouté que la police «regrettait» l'escalade de la situation pendant la soirée de la Saint-Sylvestre et a appelé à la «tolérance zéro» contre tout agression sexuelle. 90 officiers ont été déployés pour surveiller la soirée cette année, contre une soixantaine l'année précédente précise la police. «Nous évaluons actuellement l'opération [...] en cherchant ce qui peut être fait de mieux», a conclu Martin Kirchler.

Dix-huit femmes ont déposé plainte, elles disent avoir subi des attouchements de la part d'un groupe d'une dizaine d'hommes lors des célébrations du Nouvel An sur la place centrale d'Innsbruck. «Les agresseurs ont entre 20 et 41 ans», selon le chef de la police, qui a par ailleurs expliqué que leur description variait grandement. Il avance qu'ils pourraient être d'origine «asiatique», alors que certains médias autrichiens, citant la police avaient parlé de personnes d'apparence «nord-africaine».

Lire aussi : Inde : la police soutient qu'il n'y a pas eu d'agression sexuelle de masse à Bangalore

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage