Vice-Premier ministre turc : «Un renseignement étranger pourrait être lié au massacre d’Istanbul»

Vice-Premier ministre turc : «Un renseignement étranger pourrait être lié au massacre d’Istanbul»© Huseyin Aldemir Source: Reuters
Policiers turcs près du Reina

Le vice-Premier ministre turc s'est dit surpris par «le savoir-faire» avec lequel l'attentat qui a fait 39 morts et plus de 69 blessés à la Reina avait été commis et a laissé entendre qu'il aurait pu être soutenu par des services étrangers.

«Je pense qu’il est impossible de réaliser une telle attaque sans soutien. Cela ressemble au travail d’un service secret étranger. Chaque pas a été bien évalué», a déclaré le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus, sans préciser qui aurait pu être mêlé à l’attentat du Nouvel an à Istanbul. 

«Etant donné que ces terroristes sont soutenus par des organisations qui possèdent des capacités de renseignement, ils pourraient perpétrer des actes terroristes d'une manière à laquelle vos systèmes de sécurité ne penseraient même pas», a-t-il poursuivi.

L'attaque que le président turc a qualifié de «carnage» a eu lieu durant les premières heures du 1er janvier. Un groupe de terroristes a pénétré dans la boîte de nuit la Reina, établissement très connu d'Istanbul, et ouvert le feu. Au total, 39 personnes ont été tuées, plus de 69 blessées. 

Le 4 janvier, le chef de la diplomatie turc Mevlut Cavusoglu a indiqué à l'agence de presse gouvernementale Anadolu que «l'identité de la personne responsable de l'attaque avait été établie» mais il n'avait pas précisé son nom.

«Les efforts pour capturer le suspect se poursuivent. Sa maison a été fouillée», a-t-il ajouté.

Lire aussi : L'auteur de l'attentat du Nouvel an à Istanbul a été identifié

Selon Anadolu, au moins 20 personnes, dont 11 femmes, soupçonnées de liens avec Daesh ont été arrêtées mercredi 4 janvier au matin à Izmir. Des perquisitions menées dans leurs appartements ont permis la découverte de lunettes de vision nocturne, de matériel militaire et de faux passeports.

Lire aussi : Le Kirghize suspecté d'avoir perpétré l'attentat d'Istanbul mis hors de cause

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.