Rentabilité contre bien-être : la journée de travail de six heures déjà enterrée en Suède

Rentabilité contre bien-être : la journée de travail de six heures déjà enterrée en Suède Source: Reuters
Le concept va-t-il rebondir dans le secteur privé ?

Un programme pilote d’une durée de deux ans mis en place dans une maison de retraite de Göteborg et qui teste la journée de travail de six heures va être abandonné. S'il améliore bien la condition des employés et des soins, il coûterait trop cher.

Une expérience sociale inédite pour un pays qui est à la pointe en la matière. 68 infirmières d’une maison de retraite de la ville de Göteborg dans le sud de la Suède testent la journée de travail de six heures dans le cadre d’un programme pilote. Comme le rapporte Bloomberg, les résultats préliminaires sont sans appel : la satisfaction et la santé des employés se sont améliorées en même temps que la qualité des soins apportés aux patients. Pourtant, l’expérience est vouée à s'arrêter. La ville a rapporté qu’elle avait dû embaucher 17 personnes supplémentaires pour un coût d’environ 1 645 000 euros. La municipalité a donc décidé de ne pas rendre le programme permanent en raison de son coût trop élevé.

«Cela coûte plus cher, c’est évident», a déclaré Daniel Bernmar, homme politique local de gauche qui a été un des principaux défenseurs de la journée de travail de six heures. «Il est beaucoup trop coûteux d'effectuer un raccourcissement général des heures de travail dans un délai raisonnable», a-t-il ajouté.

Malgré l'échec annoncé du programme, Daniel Bernmar soutient toujours le principe de la diminution des heures de travail : «Personnellement, je crois que la réduction du temps de travail est une solution à long terme.»

«Plus nous nous enrichissons, plus nous avons besoin de tirer avantage de cette manne par d’autres moyens que l’achat d’une nouvelle voiture ou une augmentation de notre consommation», a-t-il ajouté.

Le privé en relai du public ?

Pendant que le secteur public semble avoir abandonné l’idée, le vivier des start-ups suédoises pourrait s’emparer du concept. Filimundus, un développeur d’applications basé à Stockholm a introduit la journée de six heures de travail l’année dernière. «Le journée de huit heures n’est pas aussi efficace que certains peuvent le penser», a déclaré Linus Feldt, le directeur de la société au magazine Fast Company en octobre dernier. «Rester concentré sur un travail spécifique durant huit heures est un défi difficile. Afin d’y faire face, nous mélangeons les tâches et les pauses pour rendre la journée de travail plus supportable. Dans le même temps, nous avons du mal à gérer notre vie privée en dehors du travail», analyse le patron de la start-up.

Plusieurs tentatives de prouver l’efficacité d’une réduction du temps de travail ont été réalisées durant les années 1990 et 2000. Elles ont été sapées à cause d’un manque de données brutes.

Un succès majeur a pourtant retenu l'attention : celui du centre suédois de services du géant japonais Toyota. Il y a 13 ans, la direction décidait de raccourcir les roulements des employés. La production est alors montée en flèche et les profits avec. Depuis, l'entreprise a maintenu ces horaires raccourcis.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales