En continu : Daesh revendique l’attentat d'Istanbul ayant fait 39 morts

En continu : Daesh revendique l’attentat d'Istanbul ayant fait 39 morts© Osman Orsal Source: Reuters
La police turque sur la scène de crime

Une attaque meurtrière s’est produite dans la nuit du Nouvel an dans une populaire boîte de nuit d'Istanbul, Reina. Un assaillant déguisé en père Noël a mitraillé des personnes venues célébrer le Nouvel An en faisant de nombreux morts et blessés.

Mise à jour automatique
  • Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue à Istanbul dans le cadre de l'enquête sur l'attentat. Il s'agit des premières interpellations en lien avec l'attaque.

  • Les drapeaux sont en berne au siège de l’OTAN, à New York, en signe de solidarité avec la Turquie. C’est ce qu’a annoncé la porte-parole de l’Alliance, Oana Lungescu, dans un poste tweet accompagné d’une photo.

  • Daesh a revendiqué l'attentat dans une boîte de nuit d'Istanbul la nuit du Nouvel An. Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le groupe djihadiste indique qu'«un des soldats du califat» a mené l'attaque contre l'établissement Reina. Il précise que l'assaillant, qui est toujours en fuite, a utilisé des grenades et une arme à feu pour tirer sur les clients de cette boîte de nuit huppée. Plus de 20 des 39 morts étaient étrangers tandis que 65 personnes ont été blessées dans l'attaque. 

    Dans son communiqué, Daesh accuse la Turquie, un pays peuplé majoritairement de musulmans, de s'être alliée aux chrétiens, alors que l'armée turque poursuit depuis quatre mois une incursion dans le nord de la Syrie dont elle tente de déloger l'Etat islamique et des milices kurdes.

    Daesh a très rarement revendiqué des attentats en Turquie même si le groupe a été montré du doigt à plusieurs reprises par les autorités.

    Avant cette revendication, les autorités turques avaient estimé que l'auteur de la fusillade était lié à Daesh et qu'il pourrait être kirghize ou ouzbek, selon le quotidien turc Hurriyet. Les enquêteurs estiment possible qu'il soit lié à la cellule qui a commis le triple attentat-suicide de l'aéroport d'Istanbul qui avait fait 47 morts en juin et avait été imputé à l'EI, selon ce journal. 

     

  • Une citoyenne russe est morte dans l’attentat d’Istanbul, a fait savoir le Consulat général de Russie à Istanbul en ajoutant que les Russes ne figurent pas parmi les blessés.

  • Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête au lendemain de l'attentat d'Istanbul qui a fait 39 morts, dont une Française, et une soixantaine de blessés.

    L'enquête, confiée à la Sdat (Sous-direction antiterroriste) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), ouverte pour assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste, est classique du fait de la présence de ressortissants français parmi les victimes. Trois Français ont été blessés au cours de l'attaque survenue dans une boîte de nuit pendant la célébration du Nouvel An à Istanbul.

  • Une Franco-Tunisienne est morte dans l’attaque d’Istanbul, a confirmé le Quai d’Orsay.

  • Deux Indiens sont décédés dans l’attaque d’Istanbul, a fait savoir Souchma Souaraj, ministre indienne des Affaires Etrangères.

    «J’ai de mauvaises nouvelle en provenance de Turquie. Nous avons perdu deux concitoyens dans l’attentat d’Istanbul. L’ambassadeur indien se rend à Istanbul. Les victimes sont Abis Rizvi, fils de l’ancien parlementaire de la Rajya Sabha [Chambre haute du parlement indien] et Khushi Shah, de Gujarat», a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a exprimé ses condoléances à la Turquie. «L’attentat d’Istanbul est un autre exemple du terrorisme extrémiste islamiste, qui représente la plus grande menace pour le monde», a déclaré le dirigeant israélien , dans des propos relayés par le journal JPost. Il a ajouté que la lutte contre le terrorisme devait se faire au niveau international.

    © Baz Ratner Source: Reuters
    Benjamin Netanyahou

  • Le pape François a condamné l'attentat en Turquie, dans les premières heures de 2017, et appelé à la mobilisation de tous, à l'occasion de ses vœux pour la nouvelle année.

    «Malheureusement, la violence a encore frappé dans cette nuit de vœux et d'espoir», a déclaré le pape argentin, devant quelque 50 000 fidèles rassemblés place Saint-Pierre à l'occasion de la prière de l'angélus. «Triste, j'exprime ma proximité avec le peuple turc», a-t-il ajoutant qu'il priait pour «les nombreuses victimes et blessés».

    © Remo Casilli Source: Reuters
    Le pape François

    Le souverain pontife a aussi lancé un appel à «tous les hommes de bonne volonté pour affronter la plaie du terrorisme, de cette tâche de sang qui enveloppe le monde avec une ombre de peur et de désarroi».

     

  • Plusieurs Etats confirment la mort de ressortissants dans l’attaque d’Istanbul.

    La Belgique a officiellement reconnu qu’un Belge figurait parmi les victimes de l’attentat. Il s’agit plus exactement d’un Belgo-turc d'une vingtaine d'années résidant à Genk, dans le Limbourg.

    Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé que l’Israélienne qui avait été portée disparue a bien trouvé la mort dans le raid meurtrier. Une autre a été blessée lors de l'attentat. Le site d'informations israélien Ynet, repris par la radio publique, a précisé l'identité de l'Israélienne tuée : une jeune femme de 19 ans prénommée Lian Zaher Nasser.

    Des ressortissants de plusieurs pays arabes figurent aussi parmi les 39 morts de l'attaque, ont annoncé les autorités turques. Citée par l'agence progouvernementale Anadolu, la ministre de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, a affirmé que des ressortissants de l'Arabie saoudite, du Maroc, du Liban et de Libye, figuraient parmi les victimes, sans livrer de chiffre exact pour chaque pays.

    A Amman le ministère jordanien des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle Petra, a indiqué que trois Jordaniens avaient été tués et quatre blessés dans l'attentat d'Istanbul.

    Le ministère tunisien des Affaires étrangères a lui rapporté que deux de ses ressortissants avaient trouvé la mort dans l'attaque. Par ailleurs, un Libanais est porté disparu et trois ont été blessés dans l'attaque, a confié à l'AFP le consul du Liban à Istanbul, Hani Chmaitili. L'ambassade du Maroc à Ankara a pour sa part indiqué que trois de ses ressortissants ont été légèrement blessés.

Découvrir plus

Au moins 39 personnes ont été tuées et 69 blessées dans une attaque «terroriste» contre une célèbre boîte de nuit à Istanbul, Reina,  dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. La dsicothèque est située à quelques centaines de mètres de l'endroit où avaient lieu les célébrations officielles du Nouvel An, au bord du Bosphore.

L'auteur de l'attaque est toujours recherché, selon le ministre turc de l'Intérieur Suleyman Soylu.

 D’après le gouverneur, l’assaillant a d’abord tué un policier qui se tenait devant la porte de la boîte, puis a fait irruption dans le bâtiment en tirant sur des innocents. «D'une façon sauvage et impitoyable, il a mitraillé des personnes qui étaient simplement venues célébrer le Nouvel An», a-t-il déclaré. Parmi les morts figurent 16 étrangers.

Selon la chaîne d'information NTV, plusieurs personnes ont plongé dans le Bosphore pour échapper aux coups de feu tirés par au moins un assaillant déguisé en père Noël.

Plusieurs blessés ont été rapidement emmenés aux urgences tandis que de nombreuses ambulances et véhicules de police étaient dépêchés sur place, selon la chaîne CNN-Türk.

Des témoins ont rapporté avoir entendu les assaillants crier quelque chose en arabe, selon l'agence de presse Dogan, qui précise qu'environ 700 à 800 personnes étaient dans la boîte de nuit au moment de l'attaque.

«Nous étions venus pour passer un bon moment aujourd'hui, mais tout s'est soudain transformé en chaos et en nuit d'horreur», a raconté à l'AFP Maximilien, un touriste italien.

Les autorités avaient annoncé avoir déployé 17 000 policiers dans Istanbul, afin d'encadrer les festivités du Nouvel An. 

L'attaque contre Reina, emblématique boîte de nuit de la capitale turque, sur la rive européenne d'Istanbul, est survenue alors que le pays est secoué depuis plus d'un an par une série d'attentats meurtriers.

Trois semaines plus tôt, un attentat revendiqué par un groupe radical kurde a fait 44 morts, dont une majorité de policiers, dans le centre d'Istanbul.

La métropole turque a également été frappée par plusieurs attentats attribués aux djihadistes du groupe Etat islamique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales