La fédération rwandaise de football bannit la sorcellerie après un incident durant un match (VIDEO)

La fédération rwandaise de football bannit la sorcellerie après un incident durant un match (VIDEO)© Capture d'écran YouTube - Watch News 2
L'attaquant rwandais Moussa Camara a-t-il jeté un sort, avant de marquer un but de la tête quelques secondes plus tard ?

Les autorités footballistiques du Rwanda ont décidé d’interdire la pratique de la sorcellerie en plein match après que le joueur d’un club local, fin décembre, avait été accusé d’avoir jeté un sort avant de marquer un but quelques secondes plus tard.

C’est désormais officiel : tout joueur qui se rendra coupable d’un acte de sorcellerie autour d’un match de football au Rwanda sera passible d’une amende de 100 000 francs rwandais (116 euros). Pour les entraîneurs incriminés, la sanction sera double, atteignant 200 000 francs rwandais (232 euros), et elle s’élèvera à 500 000 francs rwandais (580 euros) pour l’équipe concernée, rapporte le journal local New Times.

La décision a été prise lors d’une session extraordinaire de la Fédération rwandaise de football (Ferwafa), qui se réunissait après un incident pour le moins insolite survenu début décembre.

Au cours d’un match contre le club local de Mukura Victory Sports, l’attaquant de Rayon Sport Moussa Camara s'était rué vers le poteau de l'équipe adverse pour y saisir un petit objet, vraisemblablement un grigri, avant d'être poursuivi par le gardien de but, furieux.

Slalomant entre tous les joueurs de l'équipe adverse qui tentaient de l'arrêter, l'attaquant était parvenu jusqu'à son banc, où il avait remis le précieux objet aux membres de son équipe.

Considérant cela comme un acte de sorcellerie, l'arbitre avait sorti un carton jaune pour Moussa Camara... qui avait marqué quelques secondes plus tard. 

Lire aussi : Un ex-footballeur professionnel joue les passeurs de migrants et prend 10 mois ferme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales