«Aucune chance de me battre» : Trump répond à Obama sur un hypothétique duel présidentiel

«Aucune chance de me battre» : Trump répond à Obama sur un hypothétique duel présidentiel© Carlos Barria Source: Reuters
Donald Trump est convaincu qu'il aurait battu Barack Obama lors de l'élection présidentielle

Le toujours président des Etats-Unis Barack Obama, qui doit quitter ses fonctions le 20 janvier, s'est dit «sûr» qu'il aurait remporté un troisième mandat si la Constitution le lui avait permis.

Dans un entretien accordé au podcast «The Axe Files», Barack Obama a exprimé la certitude qu'il aurait remporté l'élection présidentielle si la Constitution l’avait autorisé à briguer un troisième mandat.

Trump à Obama : Aucune chance de me battre

Le milliardaire américain, ne partage évidemment pas son point de vue. Jamais le dernier pour enflammer la toile, il n'a pas laissé passer l'occasion d'un échange d'amabilités. Lui qui manie l'art du tweet comme personne, a évoqué les points faibles du président sortant : l'emploi, l'Etat islamique et le régime de sécurité sociale, concluant qu'avec un tel bilan, Barack Obama n'aurait tout simplement eu aucune chance de gagner. 

Barack Obama à contre-sens de l’opinion ?

Barack Obama a justifié de son côté ce pronostic par une certaine vision de l’Amérique déclarant : «J'ai confiance en cette vision, parce que je suis sûr que si je m'étais représenté et que je l'avais expliquée, je pense que j'aurais mobilisé une majorité d'Américains pour s'y rallier». The Axe Files est animé par l'ancien proche conseiller de Barack Obama, David Axelrod et produit par CNN et l'université de Chicago, sa ville d’origine. Pour rappel, Donald Trump s'est imposé en récoltant le vote de 304 grands électeurs contre 227 pour sa rivale Hillary Clinton. 

Alors que de nombreux observateurs ont expliqué la victoire de Donald Trump par la fracture dont la société américaine serait victime, le locataire de la Maison Blanche a livré une analyse plus optimiste de son point de vue : «Après l'élection et la victoire de Trump, beaucoup de gens ont suggéré que, d'une certaine façon, ce n'était vraiment qu'un rêve. [...] Mais la culture a changé, la majorité adhère à la notion d'une Amérique unique qui est tolérante et diverse et ouverte et pleine d'énergie et de dynamisme.»

Le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis a eu des mots très positifs pour Hillary Clinton. Si l’ex-candidate démocrate a échoué, il considère qu’elle a «merveilleusement réussi dans des circonstances vraiment très difficiles», ajoutant : «Je pense qu'il y avait deux poids, deux mesures la concernant.»

Barack Obama a rappelé que son parti avait remporté le vote populaire mais a blâmé une mauvaise «distribution de la population» pour les démocrates avec notamment «un million de votes gâchés à Brooklyn».

Calme, vacances et écritures

Le 20 janvier, l’ancien sénateur de l’Illinois laissera sa place à la tête du pays à Donald Trump. Que va-t-il faire de son temps libre ? A long terme, il souhaite aider «à construire la prochaine génération de dirigeants, d'organisateurs, de journalistes, de politiciens. Je les ai vus aux Etats-Unis, je les ai vus à travers le monde». «Je veux utiliser mon cœur présidentiel comme un mécanisme pour développer la prochaine génération de talents», a-t-il poursuivi. 

Mais avant cela, le futur ex-président souhaite se reposer. Au lendemain de son départ de la Maison Blanche, ses «intentions sont de dormir, d'emmener [son] épouse pour de très belles vacances». «J'ai envie d'écrire», a-t-il aussi confié.

«Je dois rester tranquille pendant un moment. Je ne veux pas dire politiquement, mais intérieurement. [...] Il faut à nouveau se synchroniser avec soi-même et absorber ce qui s'est passé avant de prendre de bonnes décisions», a-t-il expliqué.

Quant à une implication dans la vie politique au quotidien, il n'en est pas question. D’après lui, cela «inhiberait le développement de nouvelles voix». Il rappelle néanmoins qu’il reste «un citoyen» et que, selon lui, cela «induit des droits et des obligations». Il se réserve donc le droit d'intervenir en cas de problème portant sur les fondements de la démocratie américaine.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage