Poutine : «Moscou n'acceptera pas l'attitude de l'ONU après le meurtre de médecins russes à Alep»

Poutine : «Moscou n'acceptera pas l'attitude de l'ONU après le meurtre de médecins russes à Alep»© Aleksey Nikolskyi Source: Sputnik

Dans une allocution à la presse, le président russe est revenu sur le bombardement de l'hôpital mobile russe à Alep, qualifiant l'incident d'«inacceptable» et déplorant l'absence de réaction concrète de la part de la communauté internationale.

«Il est évident pour tout le monde que nos médecins sont venus [en Syrie] pour résoudre des problèmes humanitaires, point. Ils ne sont pas là pour prendre part à quelconque action militaire, mais pour aider la population civile», a souligné Vladimir Poutine à la presse, commentant l'attaque sur l'hôpital russe à Alep de la semaine dernière.

Selon le président russe, Moscou «n'a vu aucune réaction concrète de la part de la la communauté internationale» et «l'absence de réaction internationale «fait se poser des questions quand à l’objectivité de la couverture médiatique de certains de nos partenaires sur ce qui se passe [en Syrie]».

Vladimir Poutine a précisé qu'il parlait des grandes structures internationales «qui ont placé nos médecins au même niveau que ceux qui ont frappé notre hôpital, délibérément, sachant très bien où il se trouvait».

Le chef d'Etat russe a souligné qu'une telle attitude était «inadmissible» et que «[la Russie] ne l'accepter[ait] jamais.» En début de semaine, un hôpital mobile russe a été bombardé dans l'ouest d'Alep tuant deux membres du personnel paramédical et blessant grièvement un pédiatre en chef.

Après l'attaque, RT s'était adressé au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour avoir ses commentaires. L'organisation avait déclaré : «Toutes les parties au conflit en Syrie manquent à leurs devoirs de respect et de protection du personnel de santé, des patients et des hôpitaux.»

Après la réponse du CICR, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konchenkov, avait fait part de son indignation, affirmant : «Ces commentaires cyniques ne sont pas dignes du haut statut du Comité international de la Croix rouge et montrent l'indifférence de la communauté internationale vis-à-vis du meurtre de médecins russes à Alep.»

Lire aussi : Bachar el-Assad : la victoire à Alep est «une étape énorme» vers la fin de la guerre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales