Nouvelles révélations de Snowden : l’élite africaine et des diplomates français surveillés de près

Nouvelles révélations de Snowden : l’élite africaine et des diplomates français surveillés de près© PASCAL GUYOT Source: AFP
L'ambassade de France à N’Djamena

Les services de renseignement britannique et américain ont tenu à l’œil les élites de pays africains, des diplomates et autres techniciens d'opérateurs télécom, montrent des documents révélés par Snowden et consultés par Le Monde et The Intercept.

Le Monde continue de publier des révélations du lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden, qu’il avait initialement confiées au site américain The Intercept. Si le 7 décembre il a été révélé que les services de renseignement avaient ciblé des compagnies aériennes, comme Air France, mais aussi Israël et l’Autorité palestinienne, ce 8 décembre on apprend que l’espionnage américain et britannique a aussi touché l’Afrique, de hauts responsables français et des opérateurs de télécommunications.

L’Afrique et les élites africaines dans le viseur

Le continent africain constitue une cible de choix pour les services de renseignement américain et britannique, selon des interceptions du GCHQ (service de renseignement britannique) obtenues par Le Monde. La surveillance satellitaire serait le moyen préféré pour ces agences qui s’intéressent surtout aux élites politiques, militaires et économiques d’une vingtaine de pays d'Afrique. Parmi eux figurent de nombreux présidents et Premiers ministres africains, comme l’ancien président de la République du Kenya, Mwai Kibaki, l’ex-Premier ministre kényan, Raila Odinga, le président congolais Joseph Kabila, l’ex-président nigérian Umaru Yar’Adua et son successeur Goodluck Jonathan, l’ancien président du Ghana John Kufuor, le président de la Sierra Leone Ernest Koroma et le président togolais Faure Gnassingbé.

Des ambassades françaises en Afrique pas épargnées par le renseignement britannique

Les missions diplomatiques, comme celle de la France, ne font pas exception, d’après cette nouvelle fuite. Ainsi, les ambassades de France au Tchad, au Niger et en République démocratique du Congo ont été visées par le renseignement britannique. Selon Le Monde, les numéros de portable des ambassadeurs et leurs adresses email ont été interceptés, mis sur écoute et surveillés.

Lire aussi : Le ministre des Affaires étrangères d’Equateur accuse le Royaume-Uni d’espionnage

Des organisations internationales elles aussi sous surveillance

A en croire Le Monde, la surveillance ne s’est pas limitée aux seuls dirigeants africains et diplomates, mais ont concerné de nombreuses ONG, notamment Médecins sans frontières, ainsi que des cadres de l’ONU. Les ressources minières de la République démocratique du Congo ont également particulièrement attiré l'attention des services de renseignement.

En outre, des Français occupant de hauts postes dans des organisations internationales ont aussi été ciblés. Ainsi, Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de 2005 à 2013, a été espionné à partir de 2009.

Des opérateurs télécom surveillés pour leur extraire des secrets

Les espions américains et britanniques cherchent sans doute à se perfectionner. Sinon, comment expliquer leur intérêt pour des techniciens travaillant chez des opérateurs télécom ? En réalité, le savoir-faire de ces techniciens qualifiés peut se révéler d'une importance stratégique pour les services de renseignement. Ainsi, des spécialistes du roaming auraient été ciblés, car capables d'avoir accès au réseau interne de leur opérateur. Le PDG de l'hébergeur français de sites web OVH a aussi été personnellement visé.

Lire aussi : Menace terroriste : les Suisses votent massivement en faveur de la surveillance en ligne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.