Royaume-Uni : le gouvernement dévoile un calendrier pour le Brexit

Royaume-Uni : le  gouvernement dévoile un calendrier pour le Brexit Source: Reuters
Des manifestants en faveur du Brexit devant le palais de Westminster à Londres le 23 novembre 2016

Le Premier ministre britannique Theresa May a accepté une demande des députés de révéler sa stratégie sur le Brexit avant de déclencher le processus de sortie de l'UE, mais à condition que le Parlement valide en retour son calendrier.

Mise en difficulté par une motion des députés travaillistes, le Premier ministre britannique Theresa May a réalisé le 6 décembre une volte-face spectaculaire.

Theresa May a accepté au dernier moment de révéler sa stratégie concernant le Brexit. Un amendement déposé en son nom a altéré le sens de la motion travailliste. Le texte amendé invite désormais l'ensemble des députés à «respecter les souhaits» exprimés par les Britanniques lors du référendum du 23 juin et demande l'invocation de l'article 50 (qui déclenche le processus de sortie de l'UE) avant la date du 31 mars 2017.

En clair, si les députés travaillistes votent pour la motion amendée, cela signifie qu'ils acceptent et soutiennent le calendrier proposé pour le Brexit ainsi que le principe de ne pas remettre en cause le résultat du référendum du 23 juin.

Les députés travaillistes avaient déposé une motion pour dévoiler «la feuille de route du gouvernement sur la sortie de l'Union européenne avant d'invoquer l'article 50» du traité de Lisbonne. Le gouvernement, qui ne dispose que d'une courte majorité de 13 voix à la Chambre des Communes, craignait la défection de plusieurs dizaines de députés conservateurs qui auraient pu se rallier à la motion déposée par l'opposition travailliste. 

Pour sa part, le député conservateur eurosceptique Steve Baker a salué l'amendement du gouvernement et exhorté ses collègues conservateurs à l'appuyer. La motion doit être discutée le 7 décembre au Parlement, avant de faire l'objet d'un vote non contraignant pour le gouvernement. 

Un porte-parole du Premier ministre a par ailleurs précisé le 6 décembre qu'une distinction devait être faite entre d'un côté l'amendement de la motion et de l'autre la bataille judiciaire menée par le gouvernement pour annuler une décision de la Haute Cour. Ce jugement oblige le gouvernement à consulter le Parlement avant de déclencher la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.  

Cette décision de la Haute Cour a provoqué la colère des défenseurs du Brexit, qui y voient une manière de remettre en cause la décision des 52% de Britanniques qui ont voté pour une sortie de l'UE en juin dernier. 

Lire aussi : Brexit : l'Ecosse et le Pays de Galles se joignent à la bataille judiciaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»