Le Fatah dévoile sa nouvelle direction, de possibles successeurs d'Abbas émergent

- Avec AFP

Le Fatah dévoile sa nouvelle direction, de possibles successeurs d'Abbas émergent Source: Reuters
Mahmoud Abbas

Le parti palestinien Fatah a dévoilé sa nouvelle direction après un vote qui a entériné la mise à l'écart des opposants au président Mahmoud Abbas et placé en position de force les possibles successeurs au leader vieillissant.

Parmi les 18 membres élus au Comité central, la plus haute instance du Fatah, deux hommes tirent leur épingle du jeu.

Marwane Barghouthi, l'un des principaux animateurs de la deuxième Intifada emprisonné depuis 2002 par Israël, a été réélu haut la main. Derrière lui, Jibril Rajoub, le très actif patron du sport palestinien venu des services de sécurité, a également été reconduit.

Dès l'ouverture du Congrès, le 29 novembre, Mahmoud Abbas qui dirige également l'Autorité palestinienne et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), reconnue internationalement comme unique représentante des Palestiniens, avait été réélu à la tête du parti lors d'un vote unanime à l'applaudimètre. 

Elu à la présidence de l'Autorité en 2005 pour un mandat de quatre ans qui court toujours faute d'élections, et de plus en plus contesté, Mahmoud Abbas, 81 ans, cherche à préparer sa succession, assurent les observateurs. 

Face à cette échéance, le Congrès du Fatah avait deux objectifs : écarter ses opposants et renforcer l'emprise du parti au sein de l'Autorité palestinienne.

Le nouveau Comité central, avec cinq nouveaux membres, ne comprend plus Mohammed Dahlane, élu en 2009 avant de devenir la bête noire de Mahmoud Abbas et de s'exiler. 

Abbas a «toujours le contrôle»

Le neveu du leader défunt Yasser Arafat, Nasser al-Qudwa, reste au Comité central, tandis que Nabil Chaath, haut cadre du parti, en sort et que le ministre de l'Education, Sabri Saidam, y fait son entrée.

Quatre autres membres doivent encore être nommés par le président, à une date encore inconnue.

La réduction du collège des électeurs – un millier de personnes en moins par rapport à la dernière élection de 2009 –, visait, assurent les experts, à réduire la possibilité pour les opposants à Mahmoud Abbas de peser sur ce vote. 

Les électeurs ont également élu les 80 membres du Conseil révolutionnaire, le «parlement» du parti, auxquels s'ajouteront 40 autres personnes qui doivent être prochainement nommées par la direction du Fatah.

A l'issue de ce Congrès, Mahmoud Abbas «a prouvé qu'il contrôlait toujours à la fois le Fatah et l'Autorité palestinienne en matière de finance et d'organisation et qu'il pouvait les utiliser pour servir sa vision», affirme Wajih Abou Zarifa, professeur gazaoui de sciences politiques.

Ces élections sont déterminantes pour l'avenir des Palestiniens et du processus de paix avec Israël puisque le Fatah est la «colonne vertébrale» de l'OLP.

«Plus question de réconciliation»

Dès le deuxième jour du Congrès, celui qui a lui-même signé les accords d'Oslo avec Israël en 1993, a de nouveau défendu le dialogue et la résistance pacifique à l'occupation israélienne pour parvenir à la création d'un Etat de Palestine indépendant. 

«Il n'est plus question de réconciliation interne au Fatah ou de réintégration des opposants et ces derniers n'ont plus qu'une possibilité, celle de former un nouveau mouvement», estime Wajih Abou Zarifa dans un article.

Un tel mouvement pourrait attirer les dissidents d'autres formations palestiniennes, «mais aussi beaucoup de jeunes qui ne se retrouvent pas dans les institutions partisanes et politiques», ajoute-t-il.

Vingt ans s'étaient écoulés entre le 5e et le 6e Congrès du Fatah. Ce 7e Congrès s'est tenu plus rapidement car la question de la succession de Mahmoud Abbas, bien que non évoquée officiellement, est présente dans tous les esprits. 

Pour l'analyste palestinien Jamil Hilal, «plutôt que l'ensemble du peuple, c'est une petite élite politique au sein de la direction du Fatah qui décidera qui dirigera après Abbas». Et ce, parce que «les institutions nationales légitimes ne fonctionnent pas» compte tenu de la division née de la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza en 2007.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.