Un calendrier de l'avent dédié aux criminels? Europol a un cadeau de Noël pour vous (IMAGES)

Un calendrier de l'avent dédié aux criminels? Europol a un cadeau de Noël pour vous (IMAGES)© Twitter Europol

L'organisme de coordination des polices européennes a décidé de publier chaque jour de décembre sur les réseaux sociaux, la photo d'un criminel. Mais ils se sont heurtés aux lois européennes qui interdisent de montrer leur visage. Pas très pratique.

Un calendrier de l'Avent où apparaît chaque jour la photo d'un dangereux criminel recherché ? Quelle superbe idée ! Bravo Europol ! En général, ce sont des chocolats, mais là, quel génie !

Par contre, c'est ballot, la législation européenne interdit de montrer leur visage. On peut donc se demander à quoi il sert...

En effet, les règles européennes de protection des données disent clairement que publier des images de criminels sur les réseaux sociaux est interdit. Du coup, les dangereux criminels recherchés ont été représentés avec d’épais traits noirs cachant leurs yeux. La technique idéale pour les reconnaître comme chacun le sait...

Un peu décontenancé, le président d'Europol, Gerrit van de Kamp, a déclaré à la chaîne Euronews qu'il serait plus pratique s'ils n'avaient pas à cacher les visage des criminels qu'ils veulent arrêter, mais que voulez-vous, cela fait partie du protocole de la protection des personnes et de la vie privée. «Parfois, c'est frustrant, mais cela fait partie de notre travail», a-t-t-il ajouté. 

Ce fait, aussi hilarant qu'absurde, provient du marasme administratif qui découle des différentes règles et lois régissant la protection de la vie privée dans les 28 pays de l'Union européenne. Il fallait donc trouver une solution universelle.  

Le porte-parole d'Europol, Gerald Hesztera, a ainsi expliqué que d'après les règles de protection des données personnelles, la dissimulation des yeux à l'aide d'un trait noir n’empêchait pas l'identification d'un suspect. 

Les photos complètes des suspects sont donc floutées sur les réseaux sociaux, tout en restant publiées sur le site web d'Europol, d'où elles seront supprimées si la personne est arrêtée et sur le point d'être jugée.

La photo d'un suspect qui resterait en circulation sur les réseaux sociaux après son arrestation «pourrait influencer son procès et le rendre moins équitable», a encore fait remarquer le porte-parole. 

En attendant, profitez de ce mois de décembre pour découvrir les criminels les plus recherchés par Europol, même avec le visage à moitié couvert, et rassurez-vous, Europol est non seulement là pour vous protéger... mais aussi parfois pour vous faire rire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage