Europol : Daesh pourrait frapper l'Europe avec des voitures piégées et des armes chimiques

Europol : Daesh pourrait frapper l'Europe avec des voitures piégées et des armes chimiques© Global Look Press via ZUMA Press
Des djihadistes de Daesh en entrainement

Voitures piégées, armes chimiques et bactériologiques, instrumentalisation des réfugiés syriens, infiltration des pays européens par des militants djihadistes... Europol a produit un document faisant état des menaces majeures engendrées par Daesh.

Un rapport intitulé Changement dans les modus operandi de l'Etat islamique publié par le Centre européen antiterroriste d'Europol tire la sonnette d'alarme sur les risques majeurs que vont devoir affronter les pays membres de l'UE face à Daesh.

«Selon les estimations de certains services de renseignement, plusieurs dizaines de personnes sous les ordres de Daesh pourraient se trouver actuellement en Europe avec la capacité de commettre des attaques terroristes», a indiqué Europol dans son rapport paru le vendredi 2 décembre.

L'organisme de coordination des polices européennes y souligne que les terroristes de l'Etat islamique pourraient avoir recours à des voitures piégées en Europe. Europol est formel sur la menace : «les modes opératoires utilisés au Moyen-Orient ont tendance à être copiés par les terroristes en Europe... il est tout à fait concevable que Daesh les utilisera à un moment».

Jusqu'à présent, aucune voiture piégée n'a été utilisée sur le continent européen, mais Europol rappelle que le groupe responsable des attaques de Paris en 2015 l'avait envisagé avant de changer ses plans devant l'intervention de la police. 

Le rapport d'Europol note par ailleurs que l'accès à des armes à feu automatiques, en particulier dans les pays voisins de l'UE comme l'Ukraine ou les pays des Balkans, «pourrait conduire à un nombre important d'armes disponibles via le marché noir et pourrait représenter une menace considérable dans un avenir proche».

Armes chimiques et 5e colonne 

Le rapport de l'organisme de coordination des polices européennes rappelle que «l'Etat islamique est connu pour avoir utilisé du gaz moutarde en Syrie et serait capable de produire ce gaz lui-même».

Selon Europol, Daesh aurait mis la main sur du personnel ayant participé au projet irakien d'armement, ainsi que sur des entrepôts irakiens et libyens d'armes chimiques. 

Mais Daesh pourrait également profiter de la vulnérabilité de certains réfugiés syriens, susceptibles de basculer dans la «radicalisation». D'après l'instance européenne, un «danger réel et imminent» guetterait les réfugiés musulmans sunnites de Syrie qui seraient «vulnérables à la radicalisation une fois arrivé en Europe». Europol a par ailleurs précisé qu'un certain nombre de djihadistes voyageraient à travers l'Europe avec cet objectif en tête. 

Selon le rapport, Daesh pourrait aussi avoir pour objectif de dresser les Etats accueillant des réfugiés contre ces derniers. Un changement de politique d'accueil de la part des Etats membres envers les réfugiés syriens pourrait permettre à Daesh de tenter de s'implanter durablement dans les communautés exilées et d'attirer dans ses rangs les réfugiés déçus.

Une évolution dans la stratégie de la terreur

Europol a mis en garde l'ensemble des Etats membres de l'UE qui participent à la coalition dirigée par les Etats-Unis contre l'Etat islamique. Ces pays pourraient être susceptibles de subir des attaques de la part de Daesh.

Dans son document, l'organisme de coordination des polices européennes souligne encore que les djihadistes privilégieraient désormais l'attaque de cibles «faciles» comme les amateurs de concerts ou de football plutôt que des objectifs symboliques tels que la police ou l'armée. Le rapport ajoute que les attaques contre des infrastructures vitales, comme les réseaux électriques ou les centrales nucléaires, ne figureraient pas pour le moment parmi les priorités des djihadistes.

«Les terroristes qui agissent au nom de Daesh sont capables de planifier rapidement et efficacement des attaques relativement complexes», précise le document publié par Europol. L'organisme de coordination des polices européennes précise par ailleurs que l'ampleur des attaques commises par des «loups solitaires» serait plus importante qu'auparavant.

Les reculs de l'organisation terroriste sur le terrain en Syrie et en Irak font craindre une arrivée de combattants étrangers en Europe et en Libye prévient encore Europol.

L'organisme de coordination des polices européennes a par ailleurs rappelé que l'Etat islamique n'était pas le seul groupe terroriste souhaitant mener des attaques contre les pays occidentaux. Europol affirme que l'Union européenne n'est pas à l'abri des menaces posées par d'autres groupes terroristes comme Al-Qaïda ou Al-Nosra. 

L'Etat islamique est un groupe terroriste basé principalement en Irak et en Syrie mais également présent en Libye et en Afghanistan. Daesh a organisé plusieurs attaques terroristes sanglantes de grande envergure dans des capitales européennes au cours des deux dernières années, notamment à Paris et à Bruxelles.

Lire aussi : Un espion allemand était un agent double au service du Djihad... et un acteur porno gay

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.