Les Nations unies rejettent l'appel du Royaume-Uni contre la libération de Julian Assange

Les Nations unies rejettent l'appel du Royaume-Uni contre la libération de Julian Assange
Banderole accrochée au grilles de l'ambassade de l'Equateur, où est réfugié Julian Assange depuis 2012 Crédits photo ©REUTERS/Neil Hall TPX IMAGES OF THE DAY
Suivez RT France surTelegram

Les Nations unies ont qualifié l'appel de Londres contre sa résolution en faveur de Julian Assange, d'«inadmissible». Conséquence en droit international : le Royaume-Uni et la Suède ne peuvent plus garder le lanceur d'alerte en détention.

Julian Assange, reclus dans l'ambassade de l'Equateur à Londres depuis le 19 juin 2012, pourrait, du moins sur le papier, pouvoir faire une promenade dans les rues de Londres sans être inquiété. L'Organisation des Nations unies (ONU) a confirmé les conclusions du Groupe de travail sur la détention arbitraire et rejeté l'appel du Royaume-Uni. C'est d'ailleurs la deuxième fois que Londres conteste l'ONU. Une démarche «inadmissible» selon l'institution internationale.

«Maintenant que les appels sont épuisés, j'attends du Royaume-Uni et de la Suède qu'ils se conforment à leurs obligations internationales et me libèrent», a déclaré Julian Assange à l'annonce de la décision de l'ONU.

Dans une première résolution en février 2016, le Groupe de travail de l'ONU avait exhorté la Suède et le Royaume-Uni à accepter ses conclusions et recommandations. «Les Etats qui revendiquent être à la pointe des droits de l'Homme devraient donner le bon exemple, même s'ils ne sont pas d'accord avec les conclusions des Nations unies», avait alors déclaré un des experts du groupe, appelant Londres à mettre fin à la détention arbitraire de Julian Assange. Une décision que le lanceur d'alerte avait pris avec beaucoup de plaisir en février 2016, au point de sortir sur le balcon pour prononcer un discours improvisé.

En novembre 2010, quelques jours seulement après le début de la publication des télégrammes diplomatiques américains qui a contribué à la notoriété mondiale de Wikileaks, le parquet suédois lance un mandat d'arrêt contre Julian Assange, accusé d'agression sexuelle à l'encontre de deux Suédoises.

La justice avait pourtant abandonné les poursuites dans un premier temps. Il est arrêté au Royaume-Uni en 2010, puis libéré après versement d'une caution. Après que la Cour suprême britannique a rejetté son appel, par crainte d'être extradé vers la Suède, puis de là, vers les Etats-Unis, il demande asile à l'Equateur. Depuis août 2015, les faits d'agression sexuelle alléguée sont prescrits.

Lire aussi : «Sexe par surprise» : Julian Assange livre enfin sa version à la police suédoise

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix