Syrie : des frappes aériennes israéliennes atteignent des cibles près de Damas

Syrie : des frappes aériennes israéliennes atteignent des cibles près de Damas© Amir Cohen Source: Reuters
Un F-16 israélien décolle de la base Ramon en Israël

Des avions de chasses israéliens ont mené des frappes aériennes près de Damas. Les rapports divergent sur leurs cibles : une cache d'arme et des responsables du Hezbollah ou des positions de l'armée syrienne, selon différents médias libanais.

La télévision d'Etat syrienne rapporte que l'armée de l'air israélienne a lancé des missiles depuis l'espace aérien du Liban mercredi 30 novembre à l'aube. Les missiles se sont abattus dans la région de Sabboura, à l'ouest de la capitale, «sans faire de victime» selon la chaîne.

Alors que les circonstances de l'attaque restent floues, les habitants et des journalistes de l'AFP ont confirmé avoir entendu de multiples explosions mercredi 30 novembre. Les rapports sont pour l'instant conflictuels sur la cible initiale du raid aérien ; deux versions s'opposent. 

Selon l'agence de presse basée à Beyrouth Al Masdar, l'armée de l'air israélienne aurait lancé quatre missiles Popeyes depuis l'espace aérien libanais en affirmant qu'elle visait le Hezbollah. Les avions ne seraient à aucun moment entrés dans l'espace aérien syrien. L'agence indique qu'un missile aurait touché un garage qu'utiliserait l'organisation libanaise, sans pour autant faire de victimes, l'attaque ayant eu lieu de nuit. Selon  Al Masdar, la cible du second raid était un convoi d'armes sur l'axe routier Damas-Beyrouth. Bien que ce ne soient que des spéculations pour l'instant, les frappes auraient pu viser des commandants du Hezbollah, la route étant fréquemment utilisée par l'organisation libanaise. 

Le site d'information en ligne Lebanon's Mulhak News, de son côté, citant ses propres sources, avance qu'un dépôt d'armes de l'armée syrienne a été détruit durant le premier raid alors que le second a touché des voitures près de l'autoroute Damas-Beyrouth. Le média affirme qu'aucun responsable de la sécurité ni commandant politique n'a été tué lors de l'attaque. 

Damascus Now, une page Facebook populaire dédiée à l'actualité syrienne, semble aussi accréditer l'hypothèse que les frappes ciblaient des positions de l'armée syrienne : «A 1h20 ce matin, quatre explosions ont été entendues dans les alentours de Damas, qui selon nos sources venaient d'un raid israélien contre des positions de l'armée gouvernementale syrienne proche de l'autoroute qui va vers Beyrouth.»

Les autorités israéliennes n'ont pas fait de commentaires pour l'instant. C'est la deuxième attaque en quelques jours de l'Etat Hébreu sur le territoire syrien. Le 27 novembre, Tsahal a fait savoir qu'elle avait abattu quatre membres d'un groupe lié à Daesh qui avaient attaqué certains de ses soldats dans la partie occupée par Israël du Golan syrien. 

Lire aussi : L'armée israélienne dit avoir tué «quatre combattants liés à l'EI» dans le Golan

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que retenez-vous de ce premier tour de la présidentielle ?

Résultats du sondage