Douze quartiers d'Alep-Est libérés des terroristes, 3 000 personnes évacuées

Douze quartiers d'Alep-Est libérés des terroristes, 3 000 personnes évacuées© George Ourfalian Source: AFP
Les quartiers d'Alep-ouest bombardés par les rebelles le 20 novembre. L'offensive de l'armée syrienne a permis la libération récente de plusieurs quartiers orientaux

Plus de 3 000 civils ont quitté la partie orientale de la ville syrienne d'Alep, selon le Centre russe pour la réconciliation. L'offensive de l'armée syrienne contre les quartiers encore occupés par les terroristes se poursuit.

3 179 personnes, dont 1 519 enfants et 138 nouveaux-nés ont quitté Alep-Est à travers les «corridors humanitaires» mis en place par les forces gouvernementales syriennes, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties au conflit en Syrie dans un communiqué paru le 28 novembre.

La déclaration du Centre précise que douze quartiers et plus de 3 000 bâtiments ont été débarrassés des djihadistes du Front Al-Nosra. Les terroristes ont également été repoussés hors d'al-Qadisiyah, un quartier clé d'Alep.

Tous les civils sont soignés dans des camps d'aide où ils reçoivent des soins médicaux et de la nourriture. Le Centre russe pour la réconciliation a indiqué qu'il allait déployer 150 cuisines supplémentaires pour distribuer des repas aux civils fuyant Alep.

Selon le communiqué du Centre, plus de 100 djihadistes ont également déposé leurs armes et quitté la partie orientale de la ville d'Alep à travers les couloirs humanitaires. 

Selon des ONG, les forces gouvernementales syriennes ont repris le secteur stratégique de Sakhnour, ce qui a conduit les rebelles a abandonner le tiers des territoires qu'ils contrôlent encore. La perte de ce quartier clé menace de couper en deux la zone occupée par les terroristes. Il s'agirait de la plus grande défaite des groupes armés rebelles depuis 2012 d'après ces ONG. 

Depuis le 26 novembre, les troupes gouvernementales syriennes ont beaucoup progressé dans Alep. Près de 40 % de la partie orientale de la ville a ainsi été récemment libéré de l'occupation rebelle. Pour des ONG, cette bataille est un tournant dans la guerre.

En 2015, les groupes terroristes avaient été proches de s'emparer de la totalité de la ville d'Alep, verrou stratégique pour le contrôle du nord-ouest de la Syrie. Mais à partir de l'automne 2015, les contre-offensives de l'armée syrienne ont permis dans un premier temps de contenir ces attaques. L'étau s'est progressivement resserré au cours de l'année 2016 autour des rebelles. Désormais, les soldats syriens, appuyés par l'aviation russe et syrienne, avancent avec succès dans Alep, libérant les zones urbaines quartier par quartier. Les groupes terroristes affiliés au Front al-Nosra tiennent cependant toujours en otage entre 200 000 et 300 000 civils dans l'est de la ville, les empêchant d'emprunter les couloirs humanitaires ouverts par le gouvernement syrien.

Lire aussi : «Des médias américains déforment le conflit syrien et minimisent l’importance du Front Al-Nosra»

La deuxième ville du pays est ravagée depuis le 19 juillet 2012 par les combats meurtriers. Cela fait donc quatre longues années que l'ex-capitale économique de la Syrie est dévastée par l'occupation de quartiers entiers par les groupes rebelles djihadistes qui voulaient transformer la ville en un bastion de la rébellion. La Syrie est secouée depuis mars 2011 par un conflit intérieur qui a déjà fait, selon les Nations unies, près de 300 000 morts.

Lire aussi : La Russie appelle les Etats-Unis à cesser l'obstruction à la lutte antiterroriste en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales