Le fondateur de la bière Corona laisse 2 millions d'euros à chaque habitant de son village natal

Le fondateur de la bière Corona laisse 2 millions d'euros à chaque habitant de son village natal© Edgard Garrido
Corona est la deuxième bière la plus importée aux Etats-Unis, et la marque de bière la plus populaire au Mexique

Antonino Fernandez a transformé sa bourgade natale en village de millionnaires. A l'origine de la bière Corona, il a laissé par testament une somme considérable aux 80 habitants de son petit village espagnol natal de Cerezales del Condado. 

Mort à 98 ans en août, Antonino Fernandez n'a jamais oublié ses racines. Le fondateur de la célèbre marque de bière Corona a donné une partie de sa colossale fortune à chaque habitant du petit village dont il était originaire.

Les 80 âmes que compte le village de Cerezales del Condado ont donc reçu chacune plus de 2 millions d'euros en guise de cadeau d'adieu de la part l'ex-magnat de la bière. «Je ne sais pas ce que nous aurions fait sans Antonino. Nous n'avions pas d'argent», a confié avec émotion le propriétaire du seul bar du village au journal espagnol Diario de Leon.

Au total, c'est près de 200 millions d'euros que l'enfant du pays a laissé en héritage au village. Mais ce n'est pas tout. Le milliardaire décédé a également laissé suffisamment d'argent pour offrir à son village un tout nouveau centre culturel et une fondation locale à but non lucratif qui embauchera à terme près de 300 employés. Le village pourrait connaître une seconde vie après des décennies de pauvreté. 

Issu d'une famille nombreuse et misérable de cette bourgade de la province du Leon, dans le nord-ouest de l'Espagne, Antonino Fernandez a dû arrêter l'école à 14 ans seulement pour travailler dans les champs. 

En 1949, à 32 ans, il est parti au Mexique pour trouver la fortune. Embauché par son oncle dans l'entreprise Grupo Modelo, Antonino Fernandez est alors devenu un maillon essentiel de la marque Corona, contribuant à rendre cette bière populaire à travers le monde. 

Avant sa disparition, le richissime homme d’affaires avait déjà été honoré pour son travail caritatif en Espagne et au Mexique. 

Une de ses organisations philanthropiques, Soltra donne du travail aux personnes handicapées en Espagne, tandis qu'une autre association portant le nom de son épouse agit en faveur de la même cause dans l'Etat mexicain de Puebla.   

Lire aussi : Un brasseur allemand accusé de faire de la bière «nazie»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.