Dopage : quand des dirigeants de l’AMA évoquent la Russie et oublient de couper le micro (EXCLUSIF)

Dopage : quand des dirigeants de l’AMA évoquent la Russie et oublient de couper le micro (EXCLUSIF)© Capture d'écran de la video de RT

L’Agence mondiale antidopage n’est pas pressée de voir la Russie réintégrer l’organisation, a déclaré le PDG de l’AMA Olivier Niggli dans une conversation enregistrée par microphone et révélée par RT.

Olivier Niggli a eu, le 20 novembre, une discussion avec Craig Reedie, président réélu de l’AMA, en marge d’une réunion de l’agence Foundation Board à Glasgow, en Ecosse. Cette conversation a été enregistrée par un microphone qui n’avait pas été éteint.

«Il est bon de dire que nous travaillons avec la Russie, mais ne donnez pas l’impression que nous nous précipitons», a ainsi expliqué Olivier Niggli au président de l’AMA.

«Non, non», a répondu Craig Reedie.

«Je pense qu’il faut être patient… nous voulons qu’ils [les Russes] reviennent, mais pas dans n’importe quelle situation. Faites attention», a déclaré Olivier Niggli.

«Oui, mais je peux être encourageant envers Smirnov [le chef de la Commission antidopage indépendante russe publique]», a répliqué Craig Reedie.

«Oui, mais pas trop. Restez neutre. Nous ne désespérons pas de les voir revenir», a souligné Olivier Niggli. «Ils peuvent revenir s’ils font de bonnes choses», a-t-il ajouté.

Les propos d’Olivier Niggli contredisent les récentes déclarations d’autres responsables de l’AMA qui traduisaient leur satisfaction au regard des efforts des Russes face au scandale de dopage qui a abouti à l'exclusion de nombre d'athlètes russes des Jeux olympiques de Rio.

Le chef de la Rusada, la commission antidopage russe, Vitali Smirnov, a confié le 20 novembre à la presse que le président de l’AMA, Craig Reedie, lui avait promis de faire tout ce qui était en son pouvoir pour rétablir le statut de l’agence russe antidopage au sein de l'organisation internationale.

Plus tôt, le directeur général adjoint de l'AMA, Robert Koehler avait déclaré que l’agence et la Russie «[avaient] révisé une feuille de route détaillée pour travailler avec Rusada afin de s'assurer que sa conformité en usant d'une série de délais et d'objectifs». «Nous sommes sur la bonne voie et il y a la lumière au bout du tunnel», a-t-il ajouté.

Au cours des deux dernières années, la Russie fait face à des accusations selon lesquelles des athlètes russes se seraient dopés sous le regard bienveillant de la Rusada. Ces accusations avaient fait surface après la diffusion d'un film documentaire sur la chaîne de télévision allemande ARD en 2014, conduisant à la suspension du laboratoire Rusada en novembre 2015.

Le 18 juin 2016, l’AMA avait publié un rapport de l’avocat canadien Richard McLaren qui donnait les détails des résultats de son enquête sur les accusations de dopage lors des JO 2014 de Sotchi.

Se basant sur ces découvertes, l’AMA avait alors recommandé que le Comité international olympique, le Comité international paralympique et toutes les fédérations sportives internationales excluent la Russie de ces compétitions.

Lire aussi : L'auteur du rapport de l'AMA sur le dopage : «Pas le temps de demander l'avis de la Russie»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage