L'Allemagne met en place une armée de geeks pour se protéger des cyberattaques

L'Allemagne met en place une armée de geeks pour se protéger des cyberattaques© Menahem Kahana Source: AFP
Un poste d'entrainement israélien contre les cyberattaques

Les cyberattaques représenteraient un danger pour la sécurité et la démocratie en Allemagne. Le gouvernement d'Angela Merkel a décidé de riposter à cette menace par la création d'une unité spécialisée dans la prévention de ce type d'attaques.

Selon l'agence de presse Reuters, une force de réaction rapide a été mise sur pied par le gouvernement allemand. Son but ? Combattre la menace grandissante que représentent les cyberattaques.

La création de la Mobile Incident Response Team (MIRT) est une des nombreuses mesures prévues par la stratégie de cybersécurité décidée, le 9 novembre, en amont par le gouvernement allemand. 

Cette nouvelle équipe sera hébergée par l'Office fédéral pour la sécurité de l'information (BSI). Ses objectifs sont d'aider à la prévention des attaques informatiques contre les autorités et d'apporter un soutien aux opérateurs de réseaux.

Les cyberattaques : une menace grandissante pour la sécurité de l'Allemagne

Un rapport publié par le BSI le 9 novembre a averti que les cyberattaques étaient devenues un problème sécuritaire pour l'Allemagne. 

«Lorsque les systèmes informatiques des hôpitaux, des entreprises ou des bâtiments administratifs peuvent être désactivés jusqu'à ce qu'une rançon soit payée, voilà une évolution qui doit être traitée de manière décisive», a souligné le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière. 

Pour le ministre allemand, les cyberattaques menacent également la liberté d'expression : «Ces cyberattaques représentent un haut niveau de menace, dans la mesure où elles ciblent spécifiquement le processus démocratique de prise de décision. Si elles réussissent, je prévois un danger pour la société pacifique et pour notre démocratie.» 

La majorité de ces cyberattaques proviendrait de l'étranger selon Thomas de Maizière et seraient principalement le fait de la Russie et de la Chine.

Lire aussi : Moscou demande des explications à Washington sur des soupçons de préparation de cyberattaques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales