Après les présidentielles, manifestations anti-Trump aux Etats-Unis (PHOTOS, VIDEOS)

Après les présidentielles, manifestations anti-Trump aux Etats-Unis (PHOTOS, VIDEOS)© Mario Anzuoni Source: Reuters
Dans la nuit du 9 au 10 novembre, des milliers des gens sont descendus dans les rues des villes américaines en scandant des slogans anti-Trump

La victoire inattendue du candidat républicain Donald Trump a suscité des réactions aussi vives que diverses aux Etats-Unis. Des milliers de partisans du parti démocrate défilent déjà dans les rues contre le nouveau président élu.

Des dizaines de grandes villes américaines ont été le théâtre de manifestations violentes en réaction à l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Dans la nuit du 9 au 10 novembre, des milliers des personnes sont descendus dans les rues de Los Angeles, San Francisco, Oakland, Seattle, Washington DC, Austin, Boston, Chicago et New York en scandant des slogans anti-Trump.

Tirs à Seattle

Si la plupart de ces manifestations se sont déroulées dans le calme, celle de Seattle a été marquée par la violence. La police de Seattle a ouvert une enquête criminelle, des coups de feu ayant été entendus. Le service de sécurité incendie de la ville a en outre indiqué qu’au moins cinq personnes avaient été blessées, dont deux se trouvent dans un état grave.

New York : «Pas notre président»

A New York, des manifestants, réunis au cœur de Manhattan, à Union Square, ont marché jusqu’à la Trump Tower en scandant «Trump, pas notre président !» ou «Va te faire foutre, Trump !»

Dans le quartier de Broadway, était projetée sur un mur une vidéo montrant une photo du candidat républicain sur laquelle était écrit «un homme narcissique», «arnaqueur».

Le sujet de l’avortement était aussi au menu de ces manifestations. Plusieurs femmes criaient «Mon corps, mon choix !» et des hommes leur faisaient écho : «Son corps, son choix !»

© Sandy Huffaker Source: Reuters
Des femmes manifestent contre Donald Trump

Aux abords de la Trump Tower, des manifestants ont fait brûler le drapeau américain.

La volonté de construire un mur entre les Etats-Unis et le Mexique pour mettre un terme à l'immigration illégale affichée par Donald Trump lors de sa campagne a aussi été dénoncée par les manifestants : «Tu ne peux pas construire un mur, tes mains sont trop petites !», ont-ils crié, faisant référence à une pique que le candidat à la primaire républicaine Marco Rubio lui avait lancée lors de la campagne. 

La police déployée sur place tentait de calmer les protestataires mais, à la vue des forces de l’ordre la foule s’est mise à scander qu'il s'agissait d'une manifestation pacifique. Pacifique ou non, 16 personnes ont été arrêtées.

WASHINGTON, DC : les rues au couleurs démocrates

Le correspondant de RT, Alexander Rubinstein, était à Washington DC pour filmer les manifestants qui avaient décidé de repeindre les rues en bleu. Les murs du Trump International Hotel sont ceux qui ont souffert le plus. 

Un drapeau y a été également brûlé.

Chicago : «Non au KKK !»

Source: Reuters
Manifestations contre Donald Trump

Dans le centre de Chicago, environ 1 800 personnes se sont rassemblées à l'extérieur d'un bâtiment appartenant au magnat de l'immobilier, le Trump International Hotel and Tower, scandant des slogans tels que «Non à Trump ! Non au KKK [Ku-Klux-Klan] ! Non à une Amérique raciste !»

La police de Chicago a bloqué les rues autour de la zone de la manifestation, entravant ainsi son parcours.

Californie : affrontements avec la police

Source: Reuters
Manifestations à Oakland

A Oakland, en Californie, des manifestants ont lancé des objets en direction des forces de police tout en brisant la vitrine d'un magasin. La police a riposté en tirant des gaz lacrymogènes, selon les dires d'un témoin qui s'est confié à Reuters.

Plus tôt dans la journée, plus d'un millier de lycéens et d'enseignants avaient quitté les classes de Berkeley, en Californie, pour protester sous le mot d'ordre «Pas notre président». En Pennsylvanie, des centaines d’étudiants de l’Université de Pittsburgh manifestaient également.

Los Angeles : Trump devient une effigie de Mardi gras

Les partisans californiens du parti démocrate sont allés plus loin que ceux des autres Etats, mettant le feu à une effigie de leur futur président. Un grand visage orange de Donald Trump s’est enflammé brusquement au milieu de la foule. Selon la police, ils étaient plus de 500 à manifester autour du campus de l’Université de Calfornie, à Los Angeles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales