Un militaire ukrainien témoin clé dans l’enquête russe sur le crash du Boeing malaisien MH17

Le site du crash du vol MH17 Source: RIA NOVOSTI
Le site du crash du vol MH17

Un ex-militaire ukrainien est le témoin principal du Comité d’enquête de la Fédération de Russie, a fait savoir le porte-parole de l’organisation Vladimir Markine. Selon lui, de nouvelles preuves de sa version de l’accident surgissent régulièrement.

«Face aux doutes exprimés par certains médias sur l’existence réelle de ce témoin et compte tenu des nouvelles preuves obtenues qui confirment sa version, le Comité d’enquête a décidé de dévoiler son identité», a dit Markine dans une déclaration publiée sur le site officiel de l’organe judiciaire. Il s’agit du «citoyen ukrainien Evgueni Agapov, qui a servi dans les forces armées ukrainiennes en tant que mécanicien d’aviation».

Le livret militaire d'Engueni Agapov (capture d'écran de la vidéo du Comité de l'enquête russe)
Le livret militaire d'Engueni Agapov (capture d'écran de la vidéo du Comité de l'enquête russe)

D’après le témoignage d’Agapov, un avion SU-25 des forces aériennes ukrainiennes parti en mission le 17 juillet 2014 est revenu à l’aérodrome dépourvu de ses missiles.  Son pilote, le capitaine Volochine, a expliqué aux autres militaires qu’il s’était retrouvé «au mauvais endroit et au mauvais moment». Plus tard, le témoin a appris qu’un avion civil appartenant à Malaysia Airlines s’était écrasé le même jour dans l’Est de l’Ukraine.

Le témoin est toujours sous la protection de l’Etat russe, a signalé Markine. Il aurait traversé la frontière russo-ukrainienne de son propre  gré et aurait proposé lui-même sa coopération à la justice russe.

Evgueni Agapov interrogé par la justice russe (capture d'écran)
Evgueni Agapov interrogé par la justice russe (capture d'écran)

La déclaration du Comité d’enquête arrive au lendemain de la conférence de presse du fabricant d’armes russe Almaz-Anteï, qui a expliqué que les missiles BUK-M1 utilisés pour abattre le Boeing n’ont plus été fabriqués par le consortium depuis 1999, et que tous les derniers lots ont été livrés à des clients étrangers, dont l’Ukraine. D’après les estimations du porte-parole de la société Ian Novikov, l’armée ukrainienne possédait près de 1 000 exemplaires en 2005. Les BUK-M1 que possédait la Russie ont tous été remplacés par des modèles plus modernes, a-t-il encore expliqué. 

En savoir plus : Vol MH17 : le missile aurait été tiré depuis une position ukrainienne

Le vol MH17 de la compagnie Malaysia Airlines s’est écrasé le 17 juillet 2014 avec 298 passagers à bord dans la région de Donetsk dans l’Est de l’Ukraine. Le Boeing assurait une liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur.

Des experts néerlandais enquêtent actuellement sur les causes de la tragédie. Cependant, depuis le commencement de leur travail fin 2014, les enquêteurs n’ont publié qu’un rapport préliminaire qui affirme que l’appareil «s’est désintégré dans les airs à la suite d'un impact extérieur».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales