Emailgate : Trump accuse le directeur du FBI de chercher à protéger Clinton

Emailgate : Trump accuse le directeur du FBI de chercher à protéger Clinton© MANDEL NGAN Source: AFP

A deux jours du vote présidentiel, le candidat républicain a reproché à la police fédérale américaine d'avoir voulu éviter de compromettre l'élection de sa concurrente, en recommandant à la justice l'abanbdon des poursuites dans l'affaire des emails.

«Vous ne pouvez pas passer en revue 650 000 nouveaux emails en huit jours ! Ce n'est pas possible !», s'est emporté Donald Trump lors d'un discours de campagne dans une banlieue de Détroit, dans l'Etat du Michigan, le soir du 6 novembre. Quelques heures plus tôt, le directeur du FBI avait annoncé que l'enquête visant Hillary Clinton pour des messages envoyés avec une adresse mail privée alors qu'elle était secrétaire d'Etat, rouverte le vendredi 28 octobre en raison de la découverte de nouveaux courriels, était arrivée à son terme. Comme la police fédérale affirme n'avoir découvert aucun élément compromettant, elle a par conséquent recommandé à la justice de ne pas poursuivre la candidate démocrate à la présidence.

L'enquête sur ses crimes se poursuivra longtemps, très longtemps

Un nouveau retournement dans l'affaire de l'«Emailgate» qui, à deux jours seulement de l'élection présidentielle, n'a pas manqué de provoquer la colère et l'indignation de Donald Trump. Selon ce dernier, sa concurrente – qu'il qualifie régulièrement de «corrompue» – bénéficie actuellement de la protection d'un «système truqué» qui concourt à son élection, mais sera rattrapée, à l'avenir, par l'administration : «L'enquête sur ses crimes se poursuivra longtemps, très longtemps. [...] Les agents spéciaux du FBI ne la laisseront pas s'en tirer avec ses terribles crimes, parmi lesquels, la suppression de 33 000 emails après avoir reçu une assignation à comparaître du Congrès», a lancé le milliardaire.

Lire aussi : Hillary Clinton et l'Emailgate : pourquoi c'est grave

Une enquête ouverte dès 2015

L'enquête en question du FBI avait été initialement ouverte en 2015, lorsqu'avait été portée à la connaissance générale qu'Hillary Clinton utilisait une adresse électronique et des serveurs de messagerie privés alors qu'elle était d'Etat et qu'elle aurait dû utiliser les adresses mails officielles du gouvernement. La police fédérale américaine souhaitait ainsi déterminer si des informations confidentielles avaient été diffusées via des serveurs de communication privés, ce qui aurait pu les rendre aisément accessibles à des personnes mal intentionnées.

L'ex-chef de la diplomatie américaine était finalement sortie sans trop de mal de cette enquête, le FBI décidant, en juillet 2016, de recommander l'abandon de poursuites à son encontre, lui reprochant seulement une «négligence extrême».

Lire aussi : Les autres scandales mémorables des Clinton

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.