Alep : les rebelles auraient bombardé un corridor d'évacuation malgré la trêve

Alep : les rebelles auraient bombardé un corridor d'évacuation malgré la trêve © Ammar Abdullah Source: Reuters
Un panache de fumée s'échappe d'Alep après une explosion

Selon la télévision officielle syrienne, les rebelles occupant l'est d'Alep auraient pilonné un axe d'évacuation qui a été ouvert afin de laisser les civils sortir, le temps de la trêve. Dans un incident distinct, deux soldats russes ont été blessés.

A 10h, heure locale, la Russie et les autorités syriennes ont cessé toute activité militaire sur Alep afin de permettre aux civils de quitter la ville via huit couloirs humanitaires. Mais l'un de ces corridors serait déjà sous le feu des rebelles selon la télévision officielle.

Lire aussi : Les djihadistes d'Alep refusent la proposition russe visant à permettre leur retrait de la ville

«Le correspondant de la chaîne d'information syrienne Al-Akhbariya a été blessé par des éclats de roquettes tirés par les terroristes sur le passage du Castello», a indiqué un bandeau diffusé par la chaîne d'information, en référence à ce couloir.

L'agence officielle Sana a affirmé que sept roquettes avaient été tirées sur la route du Castello et que les «groupes terroristes» avaient empêché les civils de quitter les quartiers-est, contrôlés par les rebelles.

De plus, deux soldats russes ont été «légèrement blessés» par des tirs provenant des insurgés, à proximité d'Alep.

Selon les informations des militaires russes, fin octobre, certains combattants n’ayant pas réussi à briser le blocus autour de la partie de la ville qu'ils contrôlent, ont accepté la proposition de Moscou de quitter Alep. La seule condition pour emprunter ces corridors humanitaires étant d’abandonner toutes leurs armes.

Ce n’est pas la première fois que Moscou et Damas cessent leurs frappes contre les combattants islamistes à Alep. La dernière fois, lors d'une trêve de huit jours débutée le 20 octobre, les terroristes avaient pilonné les couloirs humanitaires afin d'empêcher les civils de quitter la ville. Seule une cinquantaine de personnes avaient pu quitter la ville assiégée saines et sauves.

Lire aussi : Alep : pour échapper aux bombardements, les civils doivent payer des pots-de-vin aux terroristes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales