Paris tente de convaincre l'Afrique du Sud, la Gambie et le Burundi de ne pas quitter la CPI

Paris tente de convaincre l'Afrique du Sud, la Gambie et le Burundi de ne pas quitter la CPI Source: Reuters

La France appelle les pays africains qui veulent se retirer de la Cour pénale internationale (CPI), soit le Burundi, l'Afrique du Sud et la Gambie, à «reconsidérer» leur décision, a déclaré aujourd'hui le ministère français des Affaires étrangères.

Le Quai d'Orsay se bat pour que la Cour pénale internationale (CPI), instituée par le Statut de Rome ne se transforme pas en une coquille vide. Le 26 octobre, la Gambie a annoncé qu'elle souhaitait quitter la juridiction internationale, dans le prolongement du Burundi et de la République d'Afrique du Sud. Depuis la mi-octobre 2016 trois pays africains ont décidé de quitter la CPI, qu'ils accusent de «cibler essentiellement des pays africains»

Pour tenter de les faire revenir sur leur décision, le ministère français des Affaires étrangères a publié le 31 octobre un communiqué dans lequel on peut lire : «Nous appelons instamment les pays ayant fait ces annonces à reconsidérer leur intention et restons disposés à entretenir un dialogue constructif sur le fonctionnement du système de justice pénale internationale».

Insistant sur le fait que «la lutte contre l'impunité est essentielle pour permettre le respect des droits de l'homme, une réconciliation et une paix durables», le Quai d'Orsay espère dissuader ces trois Etats africains de suspendre effectivement leur participation à la CPI.

L'Afrique du Sud avait annoncé son retrait de la juridiction pénale internationale après que Pretoria a refusé de procéder à l'arrestation du président soudanais Omar el-Béchir, recherché par la CPI pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Darfour alors que ce dernier se trouvait sur le territoire sud-africain.

Le Burundi, quant à lui, proteste contre l’enquête lancée à son encontre par la CPI au mois d'avril dernier concernant des accusations de meurtre, de torture et d'autres exactions. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»