«C'est ignoble»: le ministère russe des Affaires étrangères fustige l’attitude l’UE à sa liste noire

Le ministère des Affaires étrangères de la Russie Source: Reuters
Le ministère des Affaires étrangères de la Russie

La liste de 89 citoyens européens interdits d’entrée sur le territoire de la Russie révélée par les médias occidentaux a été adoptée par la Russie pour répondre à des mesures identiques de l’UE, a expliqué le ministère russe des Affaires étrangères.

La confirmation de l’existence d’une «liste noire» de citoyens européens, dressée par la Russie, fait le buzz dans les médias européens, alors que les responsables de l’UE reprochent au Kremlin de ne pas disposer de base légale pour décréter cette mesure et de ne pas avoir motivé sa décision. «Nous considérons cette mesure comme étant totalement arbitraire et injustifiée, surtout en l'absence de toute clarification ultérieure et de transparence», a déclaré à l’AFP une porte-parole de la diplomatie européenne.

Cependant, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a réagi en qualifiant ces accusations d’«absurdes et insensées».

Comme l’explique la représentante du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, la partialité et le «manque de scrupules des partenaires étrangers de la Russie est choquante» dans cette affaire. En 2014, l’Union européenne (UE) a dressé sa propre liste noire, qui a été régulièrement élargie. Elle compte aujourd’hui les noms de 151 personnes et de 40 entreprises qui sont sanctionnées pour avoir «compromis l’intégrité territoriale de l’Ukraine». La Russie a averti à plusieurs reprises, et à tous les niveaux, qu’elle serait contrainte de répondre par les mesures équivalentes.

Страсти по спискам Второй день мир занят российскими санкционными списками, ограничивающими въезд ряду европейских гра...

Posted by Мария Захарова on 31 Май 2015 г.

La Russie «avait jusqu'à présent refusé de communiquer une liste des personnes visées», ce qui a entraîné un certain nombre d’incidents «surprises» car des hommes politiques européens qui devaient se rendre en Russie se sont vus interdire «tout d’un coup» l’entrée sur le territoire russe et ont été renvoyés chez eux sans avoir pu sortir de l’aéroport. D’ailleurs, poursuit Maria Zakharova, la liste n’était pas secrète, les autorités russes avaient jusqu’à présent refusé de la publier en totalité. Après l’introduction des sanctions, la Russie a en effet plusieurs fois invité les citoyens européens à prendre contact avec ses ambassades pour vérifier qu’ils pouvaient bien entrer sur son territoire avant d’entamer un voyage dans le pays. «En dépit de ces demandes réitérées, (…) plusieurs responsables les ont ignorées et ont foncé bille en tête, ne se voyant signifier leur interdiction d’entrer en Russie qu’à destination», a expliqué la porte-parole.

En savoir plus : personne n’est placé sur la liste noire par hasard - Moscou

Moscou a néanmoins consenti à envoyer la totalité de la liste par voie diplomatique pour satisfaire les demandes pressantes de Bruxelles qui souhaitait minimiser les inconvénients subis par les personnes concernées. Cette liste a été immédiatement rendue publique en Europe pour nourrir les spéculations des médias.

Il faut enfin noter que le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé que l’annulation des sanctions concernant les personnalités et entreprises russes entraînera, dans les plus brefs délais, l’annulation de cette liste noire établie par Moscou, ainsi que celle de l’embargo sur les exportations de produits alimentaires européens. Cette dernière mesure, que plusieurs dirigeants de l’UE jugent particulièrement dévastatrice pour l’économie européenne qui souffre des conséquences des sanctions tout comme celle de la Russie, a entraîné pour l’UE un manque à gagner de près de 21 milliards d’euros, selon le chef de la diplomatie espagnole José Manuel Garcia-Margallo.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales